Entreprises de BTP

Une contre-expertise met en doute la pertinence d’un troisième aéroport parisien

Une contre-expertise du cabinet londonien MVA publiée mardi 9 octobre 2001 met en doute la pertinence de créer un troisième aéroport dans le bassin parisien, et suggère notamment de libérer les deux aéroports existant de leurs contraintes de capacités pour absorber la croissance du trafic d’ici 20 ans.

« L’audit effectué sur la base des informations disponibles ne permet pas de trancher en faveur d’un troisième aéroport », estiment les experts londoniens.
Cette contre-expertise, demandée par trois associations et financée par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), doit être versée au débat public sur le troisième aéroport, dont les conclusions doivent aider le gouvernement à décider de la nature et du site de la nouvelle plate-forme.

Les experts britanniques reprennent à leur compte les prévisions de trafic adoptée par la DUCSAI (Démarche d’utilité concertée pour un site aéroportuaire international) qui coordonne le débat public, à savoir un quasi-doublement du trafic aérien pour l’an 2020 à 140 millions de passagers sur Paris.
Ils soulignent ensuite la sous-utilisation des aéroports existants, et le fait qu’ils seraient à même de gérer la croissance du trafic. « Au plan de l’exploitation, la comparaison avec d’autres grands aéroports internationaux montre que Roissy et Orly pourraient assurer 1,25 million de mouvements par an sur les pistes existantes, soit 75% de plus qu’actuellement », lit-on dans le rapport.

« Une telle évolution impliquerait naturellement que soit augmentées les ‘capacités officielles’ des deux aéroports qui sont bien inférieures à celles des autres grands aéroports », soulignent les experts.
Orly est limité à 250.000 mouvements d’avions par an. Le nombre de passagers transitant par Roissy ne doit pas excéder 55 millions.
Le nombre de 1,25 million de mouvements correspond à 130 millions de voyageurs, selon eux. « Or DUCSAI fixe à 125 millions le trafic prévisionnel après prise en compte des reports sur les aéroports de province et le TGV. L’objectif serait donc atteint », estiment-ils.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X