Réalisations

Une caisse de résonance pour les musiques nantaises signée Rudy Ricciotti

Mots clés : Architecture - Gares, aéroports - Manifestations culturelles - Salles d'audition, de conférences, de réunion, spectacles ou à usages multiples

L’auditorium de Rézé, au sud de Nantes, sera inauguré mardi 19 janvier. Cet équipement de 300 places hébergera la Soufflerie, la nouvelle structure pour la culture de la ville. C’est le premier des trois projets nantais l’architecture qui s’est vu confier récemment le projet de la nouvelle gare de Nantes.

Qu’on ne s’y trompe pas, sous son écrin de bois, le nouvel auditorium de Rezé, au sud de Nantes, est bien un bâtiment en béton, matériau de prédilection de l’architecte et ingénieur Rudy Ricciotti, lauréat du concours en 2010. C’est aussi le premier des trois projets nantais de l’architecte de Bandol avec un établissement d’enseignement supérieur privé sur l’île de Nantes (îlot Shell) et surtout la nouvelle gare de Nantes dont le chantier devrait être lancé en 2017.

Sans aucun percement, à l’exception de l’entrée principale, cet écrin en bois vernis couleur maduro et coins en cuivre traduit «un geste simple, intelligible et élégant semblable à la table d’harmonie d’un violon» explique l’architecte de Bandol. Mais l’intelligence du projet tient surtout dans son parti d’aménagement. «Le choix a été de jouer sur la déclivité du site et d’enterrer en partie le bâtiment afin de ne pas venir perturber les habitations voisines mais aussi de garantir une efficacité acoustique optimale car le tramway passe juste devant» explique Clarisse Crouigneau, l’architecte d’opération. Ainsi, les 1 200 m2 de cette salle de 300 places se répartissent sur trois niveaux. Sur les deux niveaux de sous-sol, les loges et bureaux sont éclairés par de larges ouvertures vitrées donnant sur un patio à l’ouest et un jardin dessiné par Michel Desvigne à l’est.

Seul bémol, les miroirs d’eau initialement prévus de chaque côté de l’entrée principale ont été remplacés par des terrasses non accessibles. Ce projet de 8 millions d’euros (5 millions d’euros HT de coût travaux) a en effet souffert de contraintes budgétaires fortes, liées notamment au passage en zone de sismicité 3 en cours d’études. Malgré cela, les architectes ont su éviter la fausse note et Gérard Allard, le maire de Rezé, se dit «fier d’avoir un tel objet à Rezé, mais aussi fier de l’avoir implanté dans le quartier prioritaire du Château».

 

Focus

Calendrier

Début 2016: livraison de l’équipement

2013: début des travaux

2012: validation de l’avant-projet définitif et de la procédure de consultation des entreprises

Fin 2011: remise de l’avant-projet définitif

Juin 2010: désignation du lauréat du concours et titulaire de la maîtrise d’œuvre

Janvier 2008: lancement du concours d’architectes

2006-2007: études de faisabilité

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X