Performance énergétique

Une boucle d’eau chaude locale autonome pour un quartier de Paris

Mots clés : Chauffage - froid - Établissements de culte, funéraire - Services urbains

Développé par la CPCU (Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain, filiale de la Ville de Paris et d’Engie) pour le futur quartier chapelle international dans le 18e arrondissement de la capitale, ce système inédit à Paris représente un investissement de 2,6 millions d’euros.

Les travaux pour fournir de la chaleur au nouveau quartier Chapelle International viennent de débuter dans le 18e arrondissement de Paris. Pour ce nouveau quartier, la CPCU (Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain), filiale de la Ville de Paris et d’Engie désignée comme opérateur de la fourniture énergétique a décidé de mettre en place un système inédit de distribution de chaleur : une boucle d’eau chaude locale et indépendante, alimentée à 50% en énergies renouvelables (biogaz) mais aussi de récupération.

En effet la boucle autonome de 500m de long, qui dispose d’un centre de production thermique d’une puissance de 6,6 MW, sera en partie alimentée par la récupération de la chaleur du système de refroidissement des serveurs du Data Center de la Ville de Paris dont l’installation est prévue dans le quartier. Cette énergie représentera au moins 10% du mix énergétique à la mise en service du réseau et sa proportion augmentera au fur et à mesure de l’hébergement de nouveaux serveurs dans le Data Center.

Actuellement en cours de construction sur le site, l’hôtel logistique multimodal Sogaris embranché au faisceau ferroviaire Nord, sera également raccordé au réseau de chaleur pour 1,6 MW et abritera dans ses bâtiments le Data Center ainsi que la chaufferie de la boucle d’eau. L’installation technique du réseau sera complétée par la mise en place d’une pompe à chaleur qui viendra augmenter le niveau de température de la chaleur récupérée du Data Center pour atteindre la température nécessaire pour chauffer le quartier.

Les qualités environnementales du réseau en termes d’émissions de CO2 permettent aussi à CPCU d’engager les démarches d’obtention d’un agrément « Titre V » au regard de la Réglementation Thermique 2012 grâce auquel les promoteurs et bailleurs sociaux du quartier bénéficieront d’une modulation de la consommation d’énergie primaire de la construction, favorable à une économie des coûts de construction et à l’obtention de labels environnementaux des bâtiments raccordés.

Financé par Espaces Ferroviaires et CPCU, le projet représente un investissement de 2,6 millions d’euros.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X