Paysage

Une arme française et bio contre le charançon du palmier

Le plan palmier, en phase de démarrage en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, mobilisera une jeune entreprise industrielle française. M2I Life Sciences, créée fin 2012, a développé une solution qui échappe à l’interdiction des produits phytosanitaires en vigueur depuis le 1er janvier dernier dans l’espace public.

Pour piéger les charançons rouges qui menacent la survie de leurs palmiers, les exploitants de cinq jardins de la Riviera française et italienne ont signé fin mars une convention de partenariat avec M2I Life Sciences. Gestionnaires de deux des sites concernés (Villa Thuret à Antibes et Val Rahmeh à Menton), l’Institut national de recherche agronomique et le Muséum national d’histoire naturelle apportent une crédibilité institutionnelle et scientifique à la solution développée par l’industriel.

 

Deux en un

 

« Certes, nous ne sommes pas seuls sur le créneau du bio-contrôle par phéromones. Mais notre solution se distingue par la micro-encapsulation du produit actif, dans une composition sans solvant à base de cire qui améliore les taux de capture », détaille Johann Fournil, directeur du développement et de la communication de M2I Life Sciences. Grâce à cette configuration, la formulation reste active pendant 90 jours, avec un seul diffuseur pour les phéromones et pour l’exhausteur d’odeurs associé, au lieu de deux pour la concurrence. « Contrairement aux produits qui jouent sur la confusion sexuelle pour piéger exclusivement les mâles, notre solution provoque un regroupement de l’ensemble de la population », précise Johann Fournil.

 

Plan palmier en démarrage

 

Reflété par les cinq jardins associés à la convention, l’enjeu patrimonial et touristique justifie la lutte contre le charançon du palmier. M2I Life Sciences y ajoute un enjeu de santé publique, compte tenu des chutes d’arbres attaqués par le ravageur. Le 8 avril dernier, Christian Estrosi, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a annoncé le lancement d’un plan dédié à le combattre, en y associant M2I Life Sciences, dont la solution présente un atout réglementaire de taille : en tant que produit de bio-contrôle, elle échappe à l’interdiction des produits phytosanitaires. Outre les cinq jardins de la Riviera, M2I Life Sciences a convaincu la municipalité de Tunis, et poursuit ses prospections dans la péninsule arabique comme en Israël.

 

Jeune pousse française

 

Née fin 2012 de la reprise d’actifs de plusieurs industriels par des actionnaires privés français, M2I Life Sciences, basé à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) répartit ses activités dans trois autres sites : Lacq (Pyrénées Atlantiques) pour la Recherche et Développement, Salins-de-Giraud (Bouches-du-Rhône) pour son usine de production, Parnac (Lot) pour la fabrication. Forte de 110 salariés et détentrice de 11 brevets qui s’appliquent aux espaces verts publics et privés comme à l’agriculture, l’entreprise revendique le premier rang européen dans les phéromones dont elle maîtrise toute la chaîne amont : synthèse des molécules, formulation et fabrication.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X