Environnement

Une antenne-relais écologique

Un site de téléphonie mobile alimenté en énergie solaire et éolienne et présenté comme le premier de ce type en Europe a été inauguré mercredi à Lagardelle-sur-Lèze (sud de Toulouse) par Bouygues Télécom.

L’antenne, haute d’une trentaine de mètres et située à environ 300 mètres de deux habitations isolées du village, est dotée de 9 micro-éoliennes et de 76 mètres carrés de panneaux solaires à ses pieds.
« Ce système évite la construction de lignes électriques d’alimentation coûteuses et peu esthétiques et va permettre, à terme, un meilleur maillage des zones rurales non encore couvertes par notre réseau », a expliqué Stéphane Gaillet, directeur régional Réseau Sud-Ouest de Bouygues Télécom.

Solaire et éolienne fournissent respectivement 65 % et 35 % des 1.300 watts/heure nécessaire, et le site, mis effectivement en service en novembre 2004, « a fonctionné en totale autonomie après 3 mois de réglage », a-t-il précisé.
Le coût de ce prototype est de 300.000 euros, soit le double d’un site alimenté classiquement, mais ce prix est appelé à baisser en phase d’installation en série.

Bouygues expérimente également à Thil (Haute-Garonne) une antenne-relais alimentée par une pile à combustible qui créé de l’énergie à partir d’hydrogène stocké dans une bonbonne.
M. Gaillet a souligné le souci esthétique qui a conduit à faire travailler un architecte et un paysagiste. Ce dernier a imaginé un habillage de plantes grimpantes sur des cordages autour du site.
L’association Lagardelle-vigilance-environnement, créée en 2001 pour empêcher l’installation d’un site de téléphonie situé près du stade et d’une école de ce village de 2.500 habitants, s’est dite satisfaite. « Le site choisi est plus éloigné, et l’absence de poteaux électriques nous convient », a résumé son président Antoine Félix.

Le maire, Jacques Ragot, a quant à lui salué « la façon exemplaire » dont l’affaire avait abouti, après des « débuts difficiles »: il avait pris en mai 2001 un arrêté interdisant l’installation de sites de téléphonie mobile à moins de 300 mètres des habitations, et avait alors été assigné au tribunal administratif par les trois opérateurs Bouygues, SFR et Orange. L’arrêté avait été annulé puis les négociations avaient repris « dans la bonne volonté » avec Bouygues.
M. Ragot s’est félicité du choix d’une alimentation en énergie propre et renouvelable, ainsi que du progrès esthétique dû à l’absence de poteau électrique.
AFP

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X