Economie

Une année 2014 en demi-teinte pour les promoteurs franciliens

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Le 3 mars, la Fédération des promoteurs immobiliers d’Ile-de-France a présenté les chiffres 2014. Avec 26 900 logements vendus en Ile-de-France l’an dernier, l’activité ne s’est pas trop dégradée par rapport à 2013. La légère amélioration constatée au dernier trimestre semble se poursuivre en ce début 2015. Le marché des bureaux, en revanche, a marqué le pas avec un recul des mises en chantier de plus de 30% par rapport à 2013.

Finalement, l’année 2014 se termine moins mal qu’elle n’avait commencé. Avec 26 900 logements vendus en Ile-de-France, soit un recul de 2,2% par rapport à 2013, les promoteurs limitent la casse. Si les trois premiers trimestres ont été mauvais, l’activité s’est redressée en fin d’année avec le retour des investisseurs (personnes physiques). «La dynamique du quatrième trimestre 2014 se poursuit en ce début 2015, constate Emmanuel Launiau, vice-président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) d’Ile-de-France, et président du directoire d’Ogic. Les investisseurs reprennent confiance. Il existe un vrai attrait pour l’immobilier. En zone tendue, le début d’année a bien démarré.» Selon les promoteurs franciliens, 2015 devrait rester sur le même «trend» qu’en 2014.

 

Stabilité du nombre de logements mis en vente

 

Sur les 26 900 lots commercialisés l’an passé, 14 000 ont été écoulés auprès des particuliers, 5 400 auprès des investisseurs et 7 500 correspondent à des ventes en bloc. Dans le même temps, 21 500 logements ont été mis en vente, en retrait de 1% par rapport à 2013, le quatrième trimestre sauvant là aussi l’année 2014 avec plus de 6 000 unités lancées. Quant au prix de vente moyen du collectif classique, il s’établit à 4 620 euros le m2 (hors parking) en Ile-de-France et à 10 370 euros le m2 à Paris.

Après avoir commenté ces résultats, Christian Terrassoux, président de la FPI d’Ile-de-France, président de Pitch Promotion, a pointé les freins à la production de logements dans la région capitale: l’insuffisance de foncier, la multiplication des recours, le manque d’appétence de certains maires à construire… «Ce que nous réclamons, c’est un jugement des recours en trois mois car la loi n’a absolument rien réglé, une stabilité fiscale et une aide plus importante aux maires bâtisseurs», déclare-t-il.

 

Bureaux: forte chute des mises en chantier

 

Sur le marché des bureaux, l’activité a vraiment marqué le pas avec seulement 410 258 m2 (surface utile) de bureaux neufs et restructurés mis en chantier, soit une baisse de 30% par rapport à 2013. Quant aux opérations en construction, elles totalisent 1,177 million de m2, soit le plus bas niveau enregistré depuis dix ans. La FPI Ile-de-France note cependant quelques signes encourageants comme le bond de plus de 40% de la demande placée (867 000 m2, hors bureaux de seconde main) et le retour en blanc des investisseurs sur les secteurs les plus porteurs comme Paris intra-muros.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X