Environnement

Un village autrichien veut détourner le soleil pour faire durer la journée

Privé de lumière entre novembre et février, Rattenberg, un village du Tyrol autrichien vivant depuis neuf siècle dans l’ombre d’une montagne, veut sortir de l’obscurité en détournant le soleil avec des réflecteurs pilotés par ordinateur.

Située à 40 km à l’est d’Innsbruck, la petite bourgade du 12e siècle est dominée au sud par le « Stadtberg », une montage culminant à 910 m qui fait écran quatre mois par an aux rayons rasants du soleil hivernal.
Pour sortir de cette pénombre et secouer la mélancolie qu’elle engendre immanquablement chez ses 467 habitants, Rattenberg va installer une soixantaine de miroirs pour réfléchir le soleil vers les élégantes façades baroques de son centre.

En collaboration avec le « Bartenbach Lichtlabor », un laboratoire d’Aldrans (ouest) spécialisé dans les phénomènes lumineux, une trentaine d’héliostats doivent être montés d’ici au printemps 2007 dans la commune de Kramsach qui, située à moins de 500 m à vol d’oiseau au nord de Rattenberg, bénéficie d’un ensoleillement parfait en hiver.
« Ces miroirs, pilotés par ordinateur pour accompagner le mouvement du soleil, refléteront la lumière vers des miroirs fixes installés sur un fort » du 17è siècle situé sur le « Stadtberg », explique Markus Peskoller, responsable du projet au Lichtlabor. « Cette seconde batterie de miroirs détournera le soleil vers une dizaine de points choisis au centre du village », ajoute-t-il.
« Nous avons lancé ce projet un peu fou en 2003, à l’issue d’une consultation où un habitant sur cinq s’est dit dépressif à cause du manque de soleil en hiver », explique le maire de Rattenberg, Franz Wurzenrainer.
Ces « désordres affectifs saisonniers » causés par le manque de lumière sont bien connus des médecins. « Ils se caractérisent par une tristesse extrême accompagnée de fatigue, de troubles du sommeil et le sentiment de n’être bon à rien », explique le Dr Franz Schwanitz, psychologue à l’université d’Innsbruck.
« En hiver, je n’ai plus goût à grand’chose », confirme Johann Arzberger, un scuplteur sur bois établi dans la Südtirolerstrasse, la rue principale du village. De plus, l’obscurité diurne à laquelle le village est condamné depuis toujours en hiver « fait fuir les touristes », se plaint Reinhard Lotz, patron du « Gasthof Schlosskeller », un hôtel-restaurant cossu situé à proximité.

La pénombre incite en outre les habitants à quitter le village: au cours des cinq dernières années, Rattenberg a perdu 10% de sa population et une cinquantaine de logements y sont vacants, selon le maire. « Nous devons retenir notre population », argue-t-il lorsqu’on lui demande comment la commune pourra payer les 2 millions d’euros que coûtera le projet, soit l’équivalent de son budget annuel.

Alors que l’étude de faisabilité est encore en cours, personne ne peut garantir que le système fonctionnera. « Les contraintes techniques sont énormes », affirme M. Peskoller. « Il n’existe pas de projet semblable au monde. Les miroirs devront être d’une précision extrême, parfaitement plats, pour que ça marche », ajoute-t-il.
« Le verre a toujours sauvé Rattenberg », affirme pourtant, confiant, Leopold Kisslinger, qui exploite l’une des six cristalleries du village dont la première a été fondée il y a près de quatre siècles. « Avec ce système, les touristes viendront en masse, si ce n’est que pour l’observer », espère-t-il.
Cet enthousiasme est partagé par l’une des deux boulangeries du village qui a créé un gâteau au sucre opportunément baptisé « Der Spiegel », le miroir…

Robert KOCH (AFP)

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X