Performance énergétique

Un robot qui isole votre plancher sans vous déranger

Mots clés : Efficacité énergétique

Grand comme une voiture téléguidée, q-bot pourrait transformer la rénovation énergétique en un jeu d’enfant.

 

Le prestigieux « Chartered Institute of Building » vient de désigner le robot isolant q-bot lauréat des « International Innovation & Research Awards ». Le jury a souligné « son énorme potentiel dans le marché de la rénovation énergétique des logements existants ».

Dressé sur quatre roues, q-bot a été conçu pour simplifier les travaux d’amélioration de la performance énergétique et réduire leurs coûts. Fini les ouvriers qui débarquent dans votre salon pour décoller votre parquet. Il suffit de percer un trou d’une dizaine de centimètres pour introduire q-bot dans le plancher. Il se charge alors d’étanchéifier et d’isoler votre plancher sans que vous ayez à déplacer le canapé et la télévision du salon.

Grand comme une voiture téléguidée, il part  à la traque des fissures et, alimenté par un cordon ombilical, il est capable de projeter une mousse de polyuréthane sur la face inférieure du plancher.

 

 

Il s’est récemment introduit dans le plancher d’une maison et d’un appartement situé au rez-de-chaussée du quartier londonien de Camden. D’après la start-up anglaise qui le développe, les mesures montrent que suite au passage du robot, les pertes de calories par le plancher ont été réduites d’environ 80 %, et l’infiltration d’air dans les logements diminuée de moitié.

Dirigée par un ingénieur et un architecte, la jeune entreprise vise dans un premier temps les millions de logements construits en Grande-Bretagne à la fin du 19ème, durant l’ère victorienne. Interrogé par Le Moniteur, son directeur Mathew Holloway assure être d’ores et déjà capable de produire son robot en série.

Sa société a signé des contrats avec deux importants gestionnaires de logements londoniens CityWest Homes and Peabody. Pour ces derniers, q-bot doit être le moyen de mettre aux normes énergétiques d’aujourd’hui leur important et vieillissant patrimoine immobilier, et ce à moindre coût. Le robot isolant présente l’avantage de permettre d’opérer dans des logements occupés, de manière non-intrusive. Et en s’attaquant aux frigories pénétrant par le plancher, il ne se contente pas de limiter la facture de chauffage des occupants, mais améliore également très nettement leur confort.

 

Des acteurs français de la construction intéressés

 

Les planchers anglais ne seront pas les seuls à se faire visiter par q-bot. Le robot devrait rapidement s’exporter en Scandinavie. Pour Mathew Holloway, les pays nordiques pourraient devenir son premier marché. Il indique également avoir des contacts avec des acteurs français de la construction,  dont il préfère pour l’heure taire l’identité

A l’aube de la commercialisation de son innovation, il laisse entendre que son robot n’a pas fini de faire du bruit dans le monde du bâtiment. « Q-Bot ne se limitera pas à l’isolation des planchers bois. Il aura des tas d’autres applications dans le bâtiment mais, malheureusement, je ne peux pas encore vous en parler…».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Peut etre pas si top ...

    Pour info, la mousse polyu n’est pas du tout étanche dans le temps … Et allez voir les protections qu’il faut pour la poser … Idée bonne mais il faudrait remplacer la mousse polyu par un autre isolant …
    Signaler un abus
  • - Le

    rien de bien neuf

    je ne voudrais pas être rabat-joie ni les vieux grognards mais votre engin existe depuis 30 ans, il a été inventé par un français … un certain Pierre Caltiau. Il a vendu ses brevets et certaines application à la branche Technicome du groupe français Ballofet. Certaines autres applications sont toujours utilisées par la société française Hydrovidéo qui réalise ce genre d’engins à la demande. C’est tombé dans le domaine public aujourd’hui … bref !que du recyclé
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X