Energie

Un recours déposé contre le décret tertiaire

Mots clés : Centre commercial - Efficacité énergétique - Magasin - Réglementation thermique et énergétique - Tourisme

Trois organisations professionnelles du commerce et de l’hôtellerie ont annoncé qu’elles déposaient un recours contre ce décret relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments tertiaires existants. Elles demandent la suspension de son application.

Le Conseil du commerce de France, l’association technique du commerce et de la distribution Perifem et l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie ont annoncé mardi 20 juin avoir déposé un recours contre le fameux « décret tertiaire » qui oblige les propriétaires et locataires de bâtiments tertiaires, à réaliser certains travaux d’ici à 2020 puis 2030 pour favoriser la sobriété énergétique, révèle notre confrère AEF Habitat et urbanisme.

Les trois organisations professionnelles citées par AEF, assurent partager « l’objectif du législateur visant à améliorer la performance énergétique des bâtiments à usage tertiaire » mais contestent « les modalités » prévues dans le décret du 9 mai 2017.

Comme la FFB fin mai, elles jugent avant tout le calendrier de réalisation des travaux de performance énergétique, « irréaliste ». Pour mémoire, les propriétaires et les locataires doivent réduire leurs consommations d’énergie à hauteur de 25 % d’ici 2020 et 40 % d’ici 2030 et pour cela réaliser des études énergétiques et élaborer des plans d’actions à remettre aux autorités d’ici le… 1er juillet prochain. Les organisations assurent que le calendrier a été pris « sans concertation avec les professions concernées » et « méconnaît la prévisibilité dont les entreprises ont besoin ».

De plus, les obligations du décret ne sont, selon elles, « pas conformes à la loi en ce qu’elles ne prennent pas en compte les différences de situations, résultant de la nature des activités exercées, ce qui rend inapplicables les mesures prescrites. »

Les organisations professionnelles demandent donc la suspension de l’application du texte, « compte tenu de la justification d’urgence et du doute sérieux quant à la légalité ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X