Immobilier

Un promoteur immobilier emblématique de Dubaï touché par la crise

Connu dans le monde entier pour ses îles artificielles en forme de palmier et autres symboles du développement spectaculaire de l’émirat, Nakheel, le grand promoteur immobilier de Dubaï, a annoncé dimanche avoir licencié 500 employés, 15% de ses salariés, en raison de la crise qui secoue le secteur.

Il s’agit du licenciement le plus massif aux Emirats arabes unis depuis le début de la crise financière mondiale cet automne.
Dans un communiqué, la société contrôlée par le gouvernement a dit que quelque 15% des salariés, soit au total 500 personnes, ont été licenciés. Elle explique sa décision représentait « une action responsable au regard des conditions actuelles du marché mondial ».
Dubaï, dont la prospérité repose sur l’immobilier et le tourisme, a commencé à ressentir les effets de la crise dont il s’était un temps cru à l’abri.
Le gouvernement a annoncé récemment la création d’une commission pour évaluer l’impact de la crise sur l’émirat et proposer les mesures nécessaires pour venir en aide à différents secteurs, notamment la banque et l’immobilier.
Nakheel elle-même a dû annoncer il y a quelques jours un ralentissement de ses activités, alors même que la construction de ses trois îles en forme de palmier, devenues un emblème du développement parfois extravagant de l’émirat, est loin d’être achevée.
« Nous avons la responsabilité d’opérer des ajustements dans nos plans d’activités pour nous adapter à l’environnement créé par la crise », explique le communiqué citant un porte-parole non identifié, admettant que les « licenciements sont regrettables ».
Nakheel a récemment annoncé un projet de 38 milliards de dollars, le « Nakheel Harbour and Tower », qui sera érigé autour d’une tour de plus d’un kilomètre de hauteur, ce qui en ferait la plus grande du monde.
Malgré la crise mondiale et le risque qu’elle détourne les investisseurs étrangers, les promoteurs immobiliers de Dubaï, ville dont l’essor repose en grande partie sur le bâtiment, se sont dits à plusieurs reprises optimistes.
Avec AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X