Immobilier

Un promoteur immobilier alsacien mis en liquidation judiciaire

Plus d’une centaine de familles seraient victimes d’abus de confiance de la part de Brun Habitat.

Un promoteur immobilier alsacien, Brun Habitat, a été placé en liquidation judiciaire après plusieurs plaintes d’entreprises et d’accédants à la propriété qui s’estiment spoliés, a-t-on appris jeudi de source judiciaire à Strasbourg. Après une rapide enquête ayant démontré que Brun Habitat n’était plus en mesure de faire face à ses obligations, le parquet a saisi la 1ère chambre commerciale. Celle-ci a prononcé la liquidation judiciaire immédiate et désigné deux liquidateurs. Ces derniers devront déterminer l’étendue des dégâts ainsi que les contours juridiques du groupe autour duquel le promoteur a créé une myriade de sociétés civiles immobilières (SCI). Selon un acquéreur malheureux, Bernard Blaizeau, qui a porté plainte avec une dizaine de copropriétaires pour « abus de confiance », « plus d’une centaine de familles » sont victimes dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin du promoteur Antoine Brun et de son épouse, commerciale dans la société.
Il s’agit de petites résidences ou immeubles comportant chacun une douzaine d’appartements vendus en copropriétés, a-t-il indiqué.
« Une dizaine de chantiers sont paralysés depuis plusieurs mois. Il y a aussi des malfaçons et des entreprises non payées », a précisé M. Blaizeau à l’AFP. Selon lui, certains acquéreurs, des jeunes couples ou des personnes âgées, sont « au bord du gouffre », dans une grande détresse morale et financière.
M. Blaizeau, qui a dû payer par contrat 80% de son appartement alors que seulement 55% étaient construits, dénonce aussi les lacunes de la loi VEFA (vente en l’état futur), aussi appelée vente sur plan, « face à d’éventuels promoteurs véreux ». « Nous sommes pris dans la nasse, la loi nous oblige à payer des appels de fonds à fonds perdus, il n’y a pas de contrôle sur les travaux réellement réalisés », s’est-il plaint.
Les acquéreurs, qui s’estiment spoliés, ont l’intention de manifester leur mécontentement devant les locaux du promoteur à Strasbourg.
M. Brun, en congé jusqu’au 1er septembre, n’est pas joignable, a indiqué son secrétariat téléphonique.

AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X