Performance énergétique

Un projet pionnier du bas carbone à Strasbourg

Mots clés : Démarche environnementale

Le promoteur Boulle lance un programme de 57 logements qui vise le nouveau label E+C- (énergie positive et réduction carbone) sans recourir au solaire photovoltaïque.

Lancé par l’Etat à la fin 2016 pour distinguer des «bâtiments à énergie positive et réduction carbone», le nouveau label E+C- commence à produire des effets concrets. Dans l’Est, l’un des premiers est conçu par le groupe Boulle à Strasbourg. Dans l’écoquartier Brasserie du faubourg de Cronenbourg, le promoteur alsacien lancera en juillet la construction de 57 logements sur quatre étages, qui visent les niveaux Energie 3 (sur l’échelle qui va de 1 à 4) et Carbone 2, la performance maximale pour ce critère. Le programme, baptisé «Waldhorn»,  est déjà lauréat de l’appel à projets de l’Ademe «Vers des bâtiments responsables à l’horizon 2020» et il a remporté la Pyramides d’argent 2017 du Grand Est pour la catégorie «bâtiment bas carbone».

Il vise une performance énergétique de RT 2012 -60%. Le niveau Energie 3 suppose dans le cas présent un bilan Bepos inférieur à 106 Kwh par mètre carré et par an, tandis que Carbone 2 implique un plafond d’émissions de 1 189 kilos équivalent CO2 par mètre carré de plancher pour l’ensemble du cycle de vie du bâtiment et de 750 kg de CO2 par mètre carré pour les produits de construction et les équipements.

 

Récupérations de chaleur

 

Le Waldhorn est présenté par son promoteur comme «le premier bâtiment en France à atteindre Energie 3 et Carbone 2 sans panneaux photovoltaïques». Selon le dirigeant Christophe Boule, «nous y parvenons par la combinaison de trois sources: solaire thermique pour l’eau chaude sanitaire à raison de 2 m2 par logement, récupération des calories dans la VMC simple flux et, surtout, récupération de chaleur d’une partie des eaux grises venues des lave-linges et autres douches, dans un réservoir de 400 litres». Au total, les récupérations de chaleur, qui sont distribuées par une pompe à chaleur, couvriraient la moitié des besoins en chauffage. L’autre partie provient du réseau de chaleur de l’écoquartier de 400 logements, dont ce programme constitue l’un des derniers lots. Il exploite aussi la résistance thermique de ces matériaux: béton pour les voiles extérieurs et briques en terre cuite.

Pour ce projet, Boulle adjoint au cabinet Prestim Architecture – faisant partie de son groupe – les bureaux d’études Tribu Energie et GLM Fluides. Le Waldhorn déploiera 3 295 m2 habitables. Il représente 11 millions d’euros HT de travaux jusqu’à sa livraison au troisième trimestre 2018. Boulle justifie le délai de réalisation relativement long par le fait de devoir adapter le rythme de chantier à la vie des habitants qui ont déjà pris possession du quartier.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    ça aurait été plus facile en bois béton!

    Mais que de casse tête pour arriver à rentrer dans les clous du label! Alors que des solutions moins chères et plus vertueuse existent! #Innovation #startup #BoisBeton #B2Rplus #Hybride 90% de carbone en moins par rapport à 1m2 de complexe de mur brique isolé par l’intérieur !
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X