Transport et infrastructures

Un PPP de plus d’un milliard d’euros pour un réseau de télécommunication ferroviaire

Jeudi 18 février, Réseau Ferré de France (RFF) a signé avec Synerail (Vinci, SFR et Axa Private Equity) et TDF un contrat de partenariat public-privé (PPP) portant sur la construction et l’exploitation pendant 15 ans d’un réseau de télécommunication ferroviaire qui sera déployé progressivement jusqu’en 2015 sur 14.000 km de voies.

Jeudi 18 février, Réseau Ferré de France (RFF) a signé avec Synerail (Vinci, SFR et Axa Private Equity) et TDF un contrat de partenariat public-privé (PPP) portant sur la construction et l’exploitation pendant 15 ans d’un réseau de télécommunication ferroviaire qui sera déployé progressivement jusqu’en 2015 sur 14.000 km de voies.

Le montant de ce contrat – plus d’un milliard d’euros – en fait le plus important PPP jamais signé en France. Il est réparti à peu près également entre les coûts d’investissement d’une part, et les coûts d’exploitation et de maintenance d’autre part.
Le financement du projet est assuré au moyen d’un apport en fonds propres des actionnaires de 58 millions d’euros, d’apports de RFF pour 160 millions d’euros et d’une dette bancaire sans recours sur les actionnaires de 520 millions d’euros. La Banque européenne d’investissement (BEI) s’est également engagée auprès de RFF et Synerail à prêter 280 millions d’euros dans le cadre de ce PPP.

Le réseau concerné est de type GSM-R (Global System for Mobile communication – Railway). Ce réseau numérique doit remplacer le système de télécommunication analogique Radio Sol Train (RST) actuel qui assure les communications avec les conducteurs de trains. Il permettra de contribuer à la constitution d’un réseau européen, avec un unique système de communication, compatible et harmonisé (interopérable) entre les réseaux ferrés, en remplacement des 35 systèmes radio existants indique RFF.

Les travaux, d’un montant total d’environ 520 millions d’euros, seront réalisés par une société détenue à hauteur de 60% par Vinci Energies et dureront 5 ans.
L’exploitation et la maintenance de GSM-R seront confiées à une société dédiée, filiale à 40% de Vinci Energies, et représentent un montant global de 430 millions d’euros.

D’autres grands projets de partenariat public privé, notamment ferroviaires, devraient être prochainement finalisés, en particulier les lignes nouvelles à grande vitesse Tours-Bordeaux, Le Mans-Rennes, le contournement de Nîmes et Montpellier.

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X