Transport et infrastructures

Un Plan vélo pour la France

Mots clés :

Gouvernement et fonction publique

-

Vélo

Thierry Mariani, ministre des transports, a annoncé hier les détails d’un «Plan national vélo» visant à encourager l’utilisation du vélo sous toutes ses formes. Les réactions des associations et professionnels restent mitigées, face à cette initiative longtemps attendue.

A l’issue des premières Rencontres Nationales du vélo qui se sont tenues le 26 janvier à Paris, Thierry Mariani, ministre des Transports, a présenté les principales mesures du «Plan National Vélo». Etabli au terme d’un an d’échanges avec des associations et professionnels du cycle, il encourage l’utilisation du vélo comme moyen de transport quotidien mais aussi pour des activités de tourisme et de loisirs. L’enjeu est de «maximiser ses multiples bienfaits», sur la santé, l’environnement, la congestion urbaine, l’économie ou le pouvoir d’achat des ménages. 
Souvent reprises directement de propositions d’associations (lire celles du Club des Villes et Territoires Cyclables), les mesures oscillent entre obligations concrètes et intentions plus floues, à étudier «à court, moyen ou très long terme», les moyens disponibles pour les mettre en œuvre étant «très limités», précise Philippe Goujon, président du groupe de travail pour l’élaboration du plan. Petit tour des mesures retenues…
 
En ce qui concerne les aménagements et infrastructures, l’installation de garages à vélos sera bientôt rendue obligatoire pour les constructions neuves et les logements rénovés (0,5m² par appartement pour un T2, 1,5m² pour un T3 et plus). Le développement des «véloroutes et voies vertes» (réseau de 12000 km dont 8000 km sont réalisés) fera l’objet d’une contribution supplémentaire de l’Etat de 1,5 millions d’euros.
Pour inciter à l’usage quotidien du vélo, l’indemnité kilométrique pour les déplacements domicile- travail va être «évaluée» et la prise en charge cumulée de l’abonnement au transport collectif et au vélo libre-service envisagée. L’intermodalité entre vélo et transports collectifs est quant à elle déclarée «prioritaire et essentielle».
Afin d’améliorer la sécurité, le «tourne-à-droite» qui autorise les cyclistes à ne pas marquer l’arrêt au feu rouge (déjà utilisé à Strasbourg et Bordeaux) sera généralisé. L’apprentissage du vélo dans les écoles et le marquage des vélos (système Bicycode proposée par la Fédération des Usagers de la Bicyclette, FUB) pour lutter contre le vol seront soutenus par l’Etat.
L’Etat s’engage enfin à l’exemplarité, mettant par exemple en place des relais vélos dans les DDT et les DREAL.
L’objectif global est de faire évoluer la part du vélo dans les déplacements de 3% à 10% d’ici à 2020 (l’attente des associations était de 12%, l’objectif européen à 15%), suivant l’exemple de pays comme les Pays-Bas (27%) ou le Danemark (18%). Les «meilleures» villes françaises culminent aujourd’hui à 15% (ville de Strasbourg) puis entre 5 et 6% (Grenoble et Nantes).

L’annonce a suscité des réactions variées, certains comme Jean-Marie Darmian, président du Club des villes et territoires cyclables, trop déçus par la frilosité du plan, préférant ne pas y assister. Nicolas Pouloin, de l’Association Française de développement des Vélo-Routes et Voies vertes (AF3V), se réjouit, lui, que «le tourisme soit enfin reconnu comme une pratique importante du vélo» et estime que ses retombées économiques sont encore largement sous-estimées. Hubert Peigné, ancien coordinateur interministériel – alias « Monsieur Vélo », s’est déclaré à titre non officiel satisfait, «ce plan étant plus à envisager comme une feuille de route évolutive, dont les propositions nécessiteront de longues négociations, que comme une liste d’actions à mener immédiatement». Son successeur Dominique Lebrun rappelle, au-delà du soutien de l’Etat, le rôle essentiel des collectivités locales, à l’origine de 90% des investissements cyclables.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X