Environnement

Un nuage de pollution menace l’Asie…

Mots clés : Energie renouvelable - Qualité de l'eau, de l'air et du sol

Un « nuage brun asiatique », vaste halo de pollution en suspension au-dessus de l’Asie du sud-est, nuit à l’agriculture, modifie le cycle des pluies et met en danger la population, affirme un rapport de l’ONU publié vendredi 9 août 2002.
Quelque 200 scientifiques ont participé à cette étude baptisée « Indian Ocean Experiment (Indoex), lancée en 1995.
« Il existe aussi des implications globales, et non des moindres, car une nappe de pollution comme celle-ci, qui se situe à 3 kilomètres de hauteur, peut parcourir la moitié du tour du globe en une semaine », a expliqué le chef du Programme pour l’Environnement des Nations unies, Klaus Toepfer.

Ce nuage de pollution est dû « à la combustion de déchets agricoles et végétaux et aux émissions de fours mal réglés qui utilisent du bois, des engrais et autres combustibles végétaux ou animaux », a expliqué M. Toepfer lors d’une conférence de presse à Londres.
Des recherches supplémentaires sont « nécessaires » mais que « ces découvertes préliminaires indiquent clairement que ce cocktail grandissant de suie, de particules en suspension et d’autres polluants devient un danger énorme pour l’environnement en Asie », a-t-il ajouté.
Selon l’étude, ce nuage réduit de 10 à 15% la luminosité sur la surface de la terre.

Bien que l’impact du nuage ait été étudié en Asie du sud, les scientifiques soulignent que le problème de pourrait être même pire dans le sud-est asiatique et dans l’est de l’Asie, dont la Chine.
Se fondant sur d’autres études, les experts rappellent que 10% de réduction d’énergie solaire sur les océans réduit l’évaporation de l’humidité, laquelle est liée directement aux niveaux de pluies d’été.
L’étude affirme que le nuage pourrait même avoir pour effet de réduire les récoltes de riz de pas moins de 10%.
La pollution peut également mener à « plusieurs centaines de milliers » de décès prématurés pour des problèmes respiratoires, affirme l’étude, citant l’augmentation impressionnante du nombre de décès dus à la pollution de l’air dans 7 villes d’Inde, dont New Delhi et Bombay.

L’ONU publie cette étude à quelques semaines du 2ème Sommet de la Terre, qui débute officiellement le 26 août et dure jusqu’au 4 septembre à Johannesburg. Le plupart des objectifs fixés par le précédent Sommet en 1992 à Rio de Janeiro n’ont pas été atteints.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X