Réalisations

Un nouvel écrin pour la Cinémathèque Française

Unique bâtiment parisien de l’architecte américain Frank Gehry, l’ancien American Center construit en 1993 héberge désormais la Cinémathèque Française et la Bibliothèque du Film. Inauguré lundi en présence du tout-ciména français, le bâtiment, situé au 51 rue de Bercy sera ouvert au public à partir du 28 septembre prochain.

Avec son mélange audacieux de lignes courbes et d’arêtes, cette structure futuriste faite de pierre calcaire, de verre, de métal et de bois avait hérité d’un surnom malicieux: la « danseuse relevant son tutu ». Après deux ans de travaux de réhabilitation, cette « danseuse » relève toujours son tutu mais pour nous dévoiler d’autres trésors.

Le réaménagement des espaces – confié à l’architecte français Dominique Brard de l’Atelier de l’Île – n’a pas été chose facile car l’oeuvre de Gehry est une imbrication complexe de volumes, de demi niveaux et de circulations. « Notre parti pris architectural a été de respecter l’aspect sculptural du bâtiment, son organisation générale, les volumes, les façades, le hall, les puits de lumière, tout le travail sur le pierre, explique Dominique Brard. En revanche, dans les espaces ”neutres“, nous avons développé une nouvelle identité propre à la Cinémathèque française ».
s’organise autour de six pôles principaux : les quatre salles de projection, les collections permanentes, les expositions temporaires, une bibliothèque-médiathèque, des activités d’éducation au cinéma, un bar-restaurant et une librairie-boutique.
En bordure du Parc de Bercy, l’édifice à l’architecture audacieuse compte quatre salles de projection : une grande salle de 420 places baptisée « Henri Langlois » en hommage au fondateur de l’institution, une autre de 200 places (« Georges Franju ») et deux salles plus petites de 94 et 83 places (« Jean Epstein » et « Lotte Eisner »).
Le bâtiment (15 773 m2 Shon dont 1 100 m2 répartis sur 3 niveaux pour les collections permanentes) comprend également un espace pour les collections permanentes et les expositions temporaires, une bibliothèque-médiathèque, des activités d’éducation au cinéma, un bar-restaurant et une librairie-boutique.

Pour réaliser ce programme, de gros travaux de restructuration ont du être menés : transformation du théâtre en salle de cinéma après démolition totale, création de niveaux intermédiaires, de circulations verticales, de passerelles, de verrières… « Le chantier de gros œuvre a duré environ 10 mois sur un total de 22 mois et représenté 35 % du budget travaux, ce qui est inhabituel pour un chantier de réhabilitation », précise Dominique Brard.

Focus

Focus

Fiche technique


Maître d’ouvrage : ministère de la Culture et de la Communication ; mandataire, EMOC ; assistants à la maîtrise d’ouvrage, Copibat (pilote), Socotec, ASR International.
Maîtrise d’œuvre restructuration et aménagements immobiliers : architectes (mandataires), Atelier de l’Île (Dominique Brard, Olivier Le Bras, Marc Quelen) ; BET, Soretec ; scénographe, cabinet Rioualec ; économiste, Parica.
Entreprise : Sopac (gros œuvre, structure, étanchéité).
Coût des travaux : 36 M euros.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X