Innovation produits

Un nouveau mode constructif pour les hôpitaux des pays en développement

Mots clés : Établissements de soins - Lieux de travail

Start-up issue du pôle d’excellence lillois EuraSanté, Clinifit, concepteur de solutions innovantes pour l’hôpital, a développé avec la société pas-de-calaisienne Klégé un bâtiment modulaire qui fait chuter les coûts.

Tout est parti d’une sollicitation du gouvernement guinéen. «Nous savons construire un hôpital aux standards occidentaux mais l’état de notre économie ne nous permet pas d’assurer son fonctionnement. Auriez-vous une solution à nous proposer ?» Deux ans plus tard, Clinifit a trouvé ! Une solution exclusivement ambulatoire en mesure de couvrir 80% des besoins de la population d’un bassin de vie tout en réduisant les coûts de manière drastique. CuraDay est ce concept inédit, qui repose sur un mode préconstructif mis au point avec l’entreprise Klégé. Implanté dans l’arrondissement d’Arras, depuis 116 ans (110 salariés pour 13,2 millions de chiffre d’affaires), Klégé est à la base… un carrossier, qui au fil des années s’est spécialisé dans la fabrication de chambres froides mobiles à partir de panneaux sandwichs.

Le mariage était improbable. Clinifit n’aurait-elle pas pu se tourner vers une multitude d’entreprises du bâtiment ? «Sauf que nous avions besoin de panneaux sandwichs autoporteurs pour construire sans structure, explique Olivier Vercaemst, le président de Clinifit. Qui plus est, Klégé sait gérer le chaud et le froid. Nous connaissions cette entreprise locale. Nous savions qu’elle souhaitait se diversifier. Dans cette région, nous avons l’habitude de dire que nous sommes des «faiseux» alors nous avons fait. Plutôt que de nous engager dans un long chemin d’études, nous avons commencé par mettre au point la solution et ce n’est qu’après qu’est venue l’ingénierie.»

Chez Klégé, l’innovation vient de l’intégration des réseaux dans la fabrication de ses panneaux. Mais son patron, Mathias Bourgois, qui a racheté la boîte à la famille Delcroix il y a dix-huit ans, tient à préciser qu’il ne devient pas pour autant un acteur du bâtiment: «Nous fabriquons des panneaux sandwichs pour construire à l’export (Klégé réalise déjà 40% de son chiffre d’affaires à l’export, NDLR). Nous nous sommes engagés dans cette aventure parce que notre principe constructif offrait de vrais avantages pour lutter contre un certain nombre de problèmes posés: la compétence en local, la disponibilité des matériaux et les coûts.»

 

Sept commandes au Cameroun

 

Le résultat prend pour l’heure la forme d’un prototype de 100 m2 installé sur le parking de l’entreprise à Bapaume. Rien n’y manque: salle de consultations, salle d’accouchement et bloc opératoire. «Tout part en kit, reprend Olivier Vercaemst. Le montage mobilise deux personnes durant une semaine par tranche de 100 m2. Et pour le barrage, on utilise les matériaux locaux.» Ce qui fait que le coût de construction est divisé par vingt ! Il faut, en effet, compter un peu moins de 5 millions d’euros pour une unité de 2 000 m2. Grâce au recentrage sur le cœur de métier, à savoir les soins, les coûts de fonctionnement sont également divisés par cinq. Clinifit s’adapte à chaque site en tenant compte des contraintes et du contexte économique afin de remettre un hôpital totalement viable. Le pays accueillant apporte le terrain et finance la construction; Clinifit dimensionne, conçoit, fabrique, assemble et au-delà de la remise de clé, s’associe à un exploitant local, qui équipe, recrute le personnel nécessaire et assure la maintenance des lieux. Les premiers hôpitaux CuraDay devraient être implantés en Guinée et au Cameroun dès 2017. Le Cameroun en veut sept d’ici à la Coupe d’Afrique des Nations de football, qu’il organisera en 2019.

La région Nord-Pas-de-Calais (aujourd’hui Hauts-de-France) a soutenu le projet CuraDay à hauteur de 130 000 euros, soit le prix du prototype. «On sait innover à partir du moment où l’on nous en donne les moyens», souligne Mathias Bourgois. Pour sa part, Olivier Vercaemst sait gré à l’étranger de lui avoir donné «le droit à l’expérimentation». Et d’ajouter: «Si on vient me trouver demain pour un problème de désertification médicale, Clinifit peut réfléchir à une solution.» D’aucuns verront peut-être dans CuraDay, qui a suscité l’intérêt de la plate-forme de crowdlending -prêt participatif- Prêtgo!, une nouvelle illustration de l’ubérisation de l’économie. En attendant, les pays en voie de développement, en particulier les pays africains, entraperçoivent la possibilité de sortir du cercle vicieux qui les voyait jusqu’à présent se ruiner pour les plus beaux projets, forcément impossibles à faire fonctionner, avec l’effet pervers de réduire au final l’accès aux soins pour les populations.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X