Événement

Un Mondial du bâtiment à l’heure du durable et de l’humain

Le Mondial du bâtiment ouvre ses portes ce lundi 6 novembre pour cinq jours au parc des expositions de Paris Nord Villepinte. Voici, avec Guillaume Loizeaud, directeur de Batimat, un petit tour d’horizon du salon et des moments à ne pas manquer.

Six halls, un large programme de conférences, des innovations… Du 6 au 10 novembre, le Mondial du bâtiment, qui regroupe tous les deux ans les salons Interclima+ElecHB, Idéobain et Batimat, accueillera plus de 340 000 visiteurs nationaux et internationaux et 2 400 exposants. Seront présentés les matériaux et les solutions des bâtiments d’aujourd’hui et de demain.

 

 

Le directeur de Batimat, Guillaume Loizeaud est « plutôt confiant » à l’approche de l’ouverture. Tous les indicateurs sont au vert : un contexte de marché favorable, de nombreuses innovations, le retour de près de 60 grandes marques du bâtiment et de 80% des entreprises déjà exposants… Sur Batimat, les six univers métiers représentés, que sont la structure et l’enveloppe, la menuiserie et fermeture, les machines-outils et matériels de chantier, les aménagements intérieurs et extérieurs, le numérique et les nouvelles technologies, couvrent l’ensemble du bâtiment et permettent d’avoir une vision globale des évolutions : « De la maquette numérique (BIM) aux ruptures techniques des matériaux, le bâtiment se conçoit aujourd’hui de manière globale (Bepos, Bas Carbone…), s’adapte à son époque (IoT, Smart grid…) pour apporter des réponses aux usagers, de plus en plus prescripteurs de solutions durables pour vivre et habiter mieux », résume Guillaume Loizeaud.  Pour qui l’innovation est l’un des moteurs de ces salons. Avec comme fil rouge, les 89 produits retenus lors du concours de l’Innovation et les 23 lauréats visibles dans les espaces qui leur sont dédiés au cœur des halls 2,3  et 6.

 

Des innovations à découvrir dans les allées

 

Plusieurs tendances émergent de cette édition 2017. A commencer par la connectivité : elle n’est plus un effet de mode mais s’impose dans tous les secteurs et les univers métiers. « La technologie intégrée se fait au bénéfice des utilisateurs pour plus de performances, de simplicité d’utilisation et de maintenance », précise le directeur du salon. A noter également, l’arrivée de nombreux matériaux biosourcés ou d’origine biologique qui améliorent le bilan carbone des ouvrages ; la présence de nombreuses solutions autonomes qui produisent, stockent et servent de l’énergie. Ou encore les grandes évolutions du vitrage, le design fonctionnel, la préfabrication en atelier ou le « superdigital ». « La technologie se met au service de la mise en œuvre, de la sécurité, du gain de temps… », ajoute Guillaume Loizeaud. Pour les visiteurs un peu pressés par le temps ou avec un objectif précis, des visites guidées en fonction de ces thématiques sont proposées chaque jour aux points Visites Guidées à l’entrée des halls.

 

Des hubs, vitrines de solutions

 

Parce que « le rôle du salon est d’être un passeur dans la filière et d’accélérer la diffusion et l’adoption de l’innovation dans le bâtiment», trois hubs sont placés à l’entrée des halls. Le hub du bâtiment du futur (hall 6), de l’énergie (hall 2) et de la salle de bains et l’aménagement d’intérieur (hall 3). Le plus conséquent est le hub bâtiment du futur. Expérimenté pour la première fois en 2015, il revient en force cette année : avec 150 m2 il y a deux ans, il accueille en 2017, sur 300 m2 , la Smart Building Alliance, la Fédération Française de Domotique et près de 50 startups (Vitrum Glass, Onegate, Vraimentpro, Ween, Smarthab…). Chaque jour, l’expérience de la 3D en direct sera proposée grâce à une salle immersive. « Espace d’animation, ce hub occupe à lui seul un secteur entier du salon à un axe stratégique : la jonction entre la menuiserie (hall 5A) et le secteur structure et enveloppe (hall 6) », poursuit Guillaume Loizeaud. « Il est la preuve que ce grand mouvement de construction technologique s’accélère. Les investissements des entreprises dans le digital ont été multipliés par cinq entre 2010 et 2015 dans le monde, passant ainsi de 51 millions de dollars en 2010 à 254 millions de dollars en 2015 (source : étude cbinsights 2015). La France n’est pas à la traine. Bien au contraire. Cet espace est une vitrine de solutions variées. Et le salon joue le rôle d’amplificateur qui permet à ces entreprises d’éclore et de rencontrer des utilisateurs. Le cas de Xtree en est un exemple : la société qui exposait en 2015 dans le hub bâtiment du futur a conclu des partenariats avec des constructeurs et expose aujourd’hui dans le hall structure et enveloppe ! »

 

Un large programme de conférences

 

Pour ceux qui n’en n’auraient pas assez, un large programme de 200 conférences est proposé tout au long de ce Mondial. Des ateliers techniques permettront de décrypter les nouvelles réglementations et d’échanger autour de solutions concrètes (comme sur les Ateliers Qualité de l’Air en hall 2). Avec un accent sur l’architecture le mercredi. Une après-midi Regard sur l’architecture sera l’occasion d’une cession de rencontres avec des architectes, protagonistes de l’ouvrage Regard édité par Batimat à l’occasion du salon. « Nous avons voulu interroger à  la fois les habitants et les architectes de bâtiments emblématiques. En effet, les architectes formulent de véritables visions, mais on interroge rarement les habitants et les usagers sur l’impact de leurs bâtiments » affirme le directeur du salon. Une douzaine de projets en France ont été passés au crible : écoles, bâtiments d’habitation, centres commerciaux… l’important étant de mettre en avant trois mots clef : créer, humaniser et transformer. « Nous voulons démontrer que valoriser l’innovation permet de mieux vivre sans oublier de mettre l’humain au cœur de la démarche ». Interviendront notamment Alphonso Femia pour les Docks de Marseille, Julien Beller pour le Centre d’Accueil de la Chapelle, Victor Castro pour l’hôpital psychiatrique de Beaumont-sur-Oise.

Bref, pour Guillaume Loizeaud, « le Mondial du Bâtiment sera une nouvelle fois la rampe de lancement de nombreuses innovations et le lieu pour les découvrir dans des conditions idéales grâce à des espaces et des parcours de visite dédiés »C’est du moins le défi qu’il doit relever, lui qui souhaite « faire de cette édition du Mondial du Bâtiment 2017 la fête de la reprise du secteur avec deux nocturnes le mercredi et le jeudi. Beaucoup d’entreprises fêteront d’ailleurs leurs anniversaires : 30, 50 ou 70 ans.

 

Notre dossier « A l’affiche » spécial Mondial du bâtiment

 

Focus

A ne pas rater

Numérique, structure enveloppe, sanitaire, menuiserie… voici un petit aperçu des nouveautés à ne pas manquer sur le salon.

Du connecté bien sûr comme le 36OSmartconnect où les murs en béton sont dotés d’un module communicant qui permet de transmettre et d’emmagasiner une série d’informations. Hi) de Fenotek, un interphone vidéo relié à Internet en WiFi qui permet d’accueillir les visiteurs avec un smartphone et de leur ouvrir la porte. Ou encore la salle de bain connectée, équipée des produits de plus en plus intelligents comme un lavabo autonettoyant ou un smart miroir (VitrA) qui donne la météo, l’actualité, les mails … et peut-être à terme le bilan santé. « Il y a quelques années, ces technologies de pointe n’étaient visibles que sur des secteurs très ciblés. Là elle se retrouve partout et on n’est plus au stade de gadget ! », commente Guillaume Loizeaud.

Numérique évidemment avec par exemple des solutions de réalité augmentées visibles sur smartphone proposées par Focaltech et Wosomtech, une salle d’immersion sur l’espace BIM 3.O animé par Cobaty, des maquettes BIM en hologramme chez BimMyProject.

Côté énergie, l’heure est à la production et au stockage même dans les matériaux avec par exemple les façades photovoltaïques de Sunpartner. Economie d’eau aussi avec Wecemat qui automatise la chasse d’eau des WC pour réduire la consommation d’eau jusqu’à 3O % ou un système de détection de fuite équipé de technologies intelligentes pour couper l’eau (Grohe).

Un des secteurs les plus innovants reste les menuiseries. Elles offrent de nouvelles fonctionnalités et de nouvelles propositions en design, en performance, en digital. Vitrum Glass par exemple transforme les surfaces vitrées en un système de chauffage rayonnant électrique, intégré et invisible, avec zéro entretien et zéro maintenance. Schüco intègre dans sa fenêtre un système de ventilation et de filtration de l’air, Technal propose une fenêtre climatique à effet Peletier, la fenêtre Technofirst détecte le bruit et se ferme automatiquement, chez Wicona, elle s’opacifie sur commande…

Pour ce qui est de la structure et de l’enveloppe, le hall sera marqué par le retour de la filière bois dans les modes constructifs avec un grand stand de la filière et l’émergence de produits bas carbone avec des matériaux biosourcés ou des composants naturels issus de la valorisation. Réponses concrètes à l’expérimentation E+C-.

Enfin, côté matériels et outillages, de grandes marques reviennent comme Imer, Kiloutou, Stanley et Würth. Parmi leurs propositions, des produits permettant un gain de temps, de productivité et de sécurité sur les chantiers.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X