Droit immobilier

Un mauvais bureau fait-il un bon logement ?

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Entre 2,8 et 4,8 millions de mètres carrés de bureaux franciliens seront obsolètes d’ici à 2030.

Ces données chiffrées bien connues des opérateurs pourraient donner à croire que le marché de la reconversion constitue un eldorado dans l’économie immobilière. Or, le différentiel entre l’offre potentiellement reconvertible et le nombre de transformations effectives contredit cruellement cet espoir. Et il est peu probable que le nouvel article L. 631-7-1 B, inséré dans le Code la construction et de l’habitation par la loi Macron, change la donne même si ce texte offre la possibilité aux communes de plus de 200 000 habitants, de créer un régime de changement d’usage temporaire de locaux professionnels en vue de les affecter à l’habitation. Mais alors, qu’est-ce qui bloque ? Quelles sont les contraintes juridique, technique ou financière ? Analyse croisée de deux professionnels avertis, Olivier de la Roussière, président de Vinci Immobilier et de l’Orie ainsi que de Pierre Soler-Couteaux, professeur à l’université de Strasbourg et avocat, à retrouver dans le numéro de rentrée de votre revue.

Pour lire l’intégralité de cet article, cliquez sur http://boutique.lemoniteur.fr/operations-immobilieres.html

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X