Innovation produits

Un Manitou géant cherche sa place dans le bâtiment

Mots clés : Industriels du BTP - Travaux publics

Conçu initialement pour la manutention lourde en industrie ou dans les mines, ces chariots de très fort tonnage pourraient trouver leur utilité dans le bâtiment et le génie civil

« Ce n’est ni plus ni moins qu’un chariot télescopique, mais en plus gros ». C’est ainsi que Jean-Philippe Herel, directeur de produits chez Manitou, résume le MHT 10230. Effectivement, cette machine ressemble à un chariot télescopique tel que les maçons en utilisent sur leurs chantiers, mais dont toutes les proportions auraient été doublées. Hauteur de la cabine : 3 m ; largeur : 2,85 m ; tailles des pneus : 25 pouces ; poids à vide : 29,5t…

C’est dans l’usine italienne de Castelfranco que Manitou opère cette mutation sur ces chariots qui deviennent alors des MHT, Manitou Heavy telescopic, capables de soulever de lourdes charges. Le MHT 10230 soulève ainsi 23 t et sa flèche télescopique monte à 10 m, hauteur à laquelle l’abaque affiche encore une capacité de 15 t. « Ce sont des machines pour applications spéciales » précise Jean-Philippe Herel pour qui les accessoires hydrauliques installés en bout de flèche comptent autant que le porteur lui-même. Pince de préhension, potences, fourches ou nacelles, Manitou en a une dizaine au catalogue et se montre ouvert au sur-mesure.

 

Elements préfabriqués

 

Car ce sont ces outils particuliers qui ont le plus souvent décidé des acheteurs, même si les MHT ont de bons arguments à faire valoir par eux-mêmes. Ils sont plus maniables qu’une chargeuse et capable de déporter leur charge. Par rapport à une grue automotrice, ils sont moins chers. Surtout, ils sont capables de se déplacer en charge. « On joue la mobilité avec une pompe hydraulique de translation connectée à une boite à deux vitesses, la première pour avancer jusqu’à 9km/h, la seconde pour atteindre 30 km/h  » confirme Jean-Philippe Herel. Sur chantier, les MHT se montrent à l’aise pour la manipulation d’éléments préfabriqués. En tunnel, ils lèvent une charge par en dessous, contrairement à une grue qui doit surplomber le point de dépose.

La sécurité n’est pas non plus négligée. En plus de l’indicateur de moment longitudinal, qui est propre à tous les chariots télescopiques, Manitou ajoute un contrôleur d’état de charge, comme pour une grue mobile. Mieux : une détection automatique de l’accessoire adapte l’abaque en fonction de l’outil. « Si vous ajoutez une potence par exemple, ou des fourches longues, l’équilibre général en est affecté. Il faut en tenir compte car des accidents ont lieu à cause de cela ». Autre risque : le basculement latéral contre lequel le MHT 10230 se prémunit avec un correcteur de dévers d’un débattement de 10°.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X