Chantiers

Un immeuble en bois construit sans nuisance en cœur d’îlot

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Bois

L’un des premiers bâtiments de logements labellisés bas carbone vient d’être livré à Paris, sur un site très contraint.

L’OGIF, filiale d’Action Logement, spécialiste du logement intermédiaire en Île-de-France, a inauguré le 30 juin dans le 19e arrondissement de Paris un ensemble de 15 logements construit sur un site particulièrement contraint.

L’immeuble de quatre étages abritant des appartements T2 à T4, financé en prêt locatif social (PLS), est implanté sur un parking existant, entouré de trois immeubles de hauteurs différentes. « Cette opération de densification très particulière nous a incités à innover, explique Antoine Pinel, directeur général de l’OGIF, à la tête d’un patrimoine de 32 000 logements. Nous avons cherché à réduire la durée du chantier ainsi que les nuisances de bruit et de poussière, inévitables sur un chantier classique.» L’agence d’architecture SF Design a optimisé l’ensoleillement des façades et donc le confort des locataires en concevant deux ailes en structure bois reliées par une coursive en métal et en verre qui amène la lumière naturelle à l’ensemble du site, créant à la fois un lieu de circulation, de détente et de rencontres.

A 120 m de la rue et accessible en surface uniquement par un porche de 3 m de large par 2 m de haut, le chantier n’a fait appel au coulage de béton que pour les reprises de fondations. Puis le rez-de-chaussée a été réalisé en blocs de béton. Les murs et planchers des quatre étages supérieurs ont ensuite été construits en deux mois en panneaux préfabriqués de bois massif CLT (cross laminated timber), soit autant que pour le rez-de-chaussée en parpaings. « Malgré ces contraintes d’accès, le chantier s’est déroulé sans trop de difficultés, note Guillaume Desmarest, chef de groupe travaux de l’entreprise générale Brézillon, mais il a nécessité une organisation différente d’un chantier traditionnel.» L’entreprise de structure bois cotraitante, Les Charpentiers de l’Atlantiques, a été associée dès la conception au projet.

 

Une atmosphère particulière

 

Résultat : « des logements à l’atmosphère particulièrement agréable, souligne Antoine Pinel, où les essais acoustiques montrent des performances supérieures aux exigences réglementaires et où l’isolation répartie dans l’épaisseur des façades garantit un bon confort thermique d’été. » Le bâtiment est aussi très étanche à l’air (0,64 m3/h.m² alors que la réglementation fixe un maximum de 1 m3/h.m²). L’opération répond aux exigences environnementales du Plan Climat de la Ville de Paris. Afin de réduire les consommations et les charges, une partie de la production d’eau chaude sanitaire est assurée par des panneaux solaires installés en toiture et une micro-chaufferie gaz assure le reste, ainsi que le chauffage.

L’immeuble fait également partie des quinze premières opérations labellisés Bâtiment bas carbone (BBCA, lire notre article). Conçu avant que le référentiel du label BBCA soit élaboré, il n’a pas été nécessaire de lui apporter des modifications pour qu’il réponde aux critères du label.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X