Chantiers

Un immeuble de 140 logements en bois massif construit en un an

Mots clés :

Bâtiments d’habitation

-

Bâtiments d’habitation

-

Bois

-

Gestion et opérations immobilières

Le plus grand chantier français de bâtiment résidentiel en bois lamellé contrecroisé est réalisé en Essonne par le promoteur Promicea pour le bailleur social Immobilière 3F.

Un an  de chantier pour réaliser un immeuble de  140 logements : c’est ce qui a décidé Immobilière 3F à acheter au jeune promoteur Promicea son premier immeuble de 8 800 m² de plancher en cours de construction dans l’écoquartier des Docks de Ris, à Ris-Orangis (Essonne). Un tel délai de production est possible grâce à la technique du bois massif CLT (cross laminated timber ou bois lamellé contrecroisé) développée par Woodeum qui a fourni à l’entreprise Mathis, en charge du lot bois, quelque 681 voiles de bois massif CLT pour constituer les murs de façade et 211 voiles de bois massif CLT pour les planchers. « C’est le plus grand bâtiment résidentiel en bois massif CLT de France, voire d’Europe », a annoncé Guillaume Poitrinal, président de Woodeum et associé de Promicea, lors d’une visite du site le 21 janvier.

 

Un étage en six jours



Après la réalisation du rez-de-chaussée et des cages d’escaliers en béton préfabriqué, la mise en œuvre de structure bois a démarré fin décembre 2015 et sera achevée en février. Chaque étage, monté en à peine six jours à l’aide de trois grue, représente trois camions de murs CLT, neuf camions de plancher et un camion de charpente lamellée collée. Les panneaux de CLT, qui peuvent atteindre 16 m de long, sont assemblés pour réaliser les murs de façade et les planchers. Les premiers seront ensuite doublés d’un isolant extérieur et revêtus d’un enduit. Les seconds, posés sur un ensemble de poteaux-poutres en bois lamellé-collé, seront recouverts d’une chape acoustique sur un vide d’air. Les cloisonnements intérieurs seront réalisés en plaques de plâtre. 

Pour Yves Laffoucrière, directeur général d’Immobilière 3F, la flexibilité apportée par ce système constructif est essentielle pour la pérennité du bâtiment. « Dans dix ou vingt ans, si les besoins évoluent, il sera possible de transformer les logements. »


 
Génération bas carbone



« Cette opération inaugure une nouvelle génération de bâtiment à très basse empreinte carbone, juge Philippe Zivkovic, président de Promicea. Grâce aux 1 911 m3 de bois massif CLT, l’immeuble va stocker 880 tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions de carbone générées par les besoins en chauffage et eau chaude sanitaire de ce bâtiment pendant 88 ans. »
Le bâtiment fait d’ailleurs partie des pilotes du nouveau label Bâtiment bas carbone (BBCA) dont le référentiel est en cours d’élaboration par l’association du même nom et devrait être finalisé fin janvier. Les premières demandes de label seront pour mars.

L’immeuble se présente également comme un modèle en matière de performance énergétique. Pour répondre aux exigences d’Immobilière 3F, il atteindra un niveau de consommation RT 2012 moins 30 %, le chauffage et l’eau chaude étant alimentés par une chaufferie biomasse collective qui dessert le quartier.



800 logements en projet


   
Promicea dispose aujourd’hui d’un portefeuille de 800 logements en projet, principalement en Ile-de-France. Ses prochains immeubles, qui verront le jour à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) et Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), feront aussi un large usage du CLT. Par ailleurs, « Woodeum vient de conclure une opération de 100 000 mètres carrés, de petits immeubles en bois massif de 5 à 6 étages, à la Défense », annonce Challenges.

Focus

Les intervenants de l’opération

–    Aménageur : Grand Paris Aménagement
–    Bailleur : Immobilière 3F – Groupe Solendi
–    AMO / Conseils : Woodeum (AMO construction bois), Apave (bureau de contrôle/CSPS), Kerexpert (AMO environnement)
–    Maîtrise d’œuvre : Wilmotte & Associés (architecte), CALQ (maître d’œuvre  d’exécution), Sylva (BET structure sois), S2T (BE techniques), Progexial (BE VRD), ICF Environnement (maître d’œuvre dépollution), Rocsol (BE géotechniques), Dal (économiste/descripteur) 
–    Entreprises : Eiffage Construction (mandataire), Mathis (co-traitant charpentier)

Budget global d’investissement : 23 millions d’euros TTC

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le
    Bonjour. Dire que le bois utilisé va stocker du carbone franchement faut arrêter de prendre les gens pour des rigolos sans cervelles. D’autant plus que celui ci et importé depuis l’Autriche, alors merci pour les circuits courts et l’empreinte carbone. Décidément depuis que nos politiques se sont trouvés un nouvel eldorado ienvironnemental, ce que l’on peut lire devient simplement haurissant de bêtises. Remettons les pieds sur terre svp et travaillons intelligemment pour œuvrer dans le bon sens. Vraiment dommage car le matériau bois a effectivement beaucoup d’atouts pour lui, mais encore une fois uˋpeu de bon sens. La filière bois en France peut aussi avoir un rôle a jouer, cessez donc la langue de bois et vive les vrais acteurs envirronementaux. Corfialement
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X