Construction Numérique

Un gymnase des Alpes-Maritimes, premier bâtiment public construit en BIM

Mots clés :

Établissement recevant du public (ERP) ou assimilé

-

Logiciels - Outils d'aide

-

Sport

Lauréat de l’appel à projets du « Plan transition numérique dans le bâtiment » lancé par le gouvernement auprès de maîtres d’ouvrage publics et privés, le conseil départemental des Alpes-Maritimes – la seule collectivité retenue parmi les huit projets sélectionnés au plan national – va expérimenter la maquette numérique (BIM) en 3D dans le cadre de la construction du futur gymnase du collège Yves-Klein, à La Colle-sur-Loup.

Jugé sur le film de présentation en 3D du projet, le concours a récemment désigné lauréate l’équipe montpelliéraine Boyer/Gibaud/Percheron/Assus/Schertenlieb, associée à Jalc Architecture, Inge, Adret et R2M (bureaux d’études). L’ouvrage est une salle de sports avec une aire de jeux de 32 m x 20,50 m, équipée d’un mur d’escalade et d’une toiture accessible, aménagée en plateau sportif extérieur.

 

Outil partagé par tous les intervenants

 

« Pour ce projet pilote en BIM, nous avons choisi un bâtiment simple mais dont l’objectif est qu’il soit, en plus de l’équipe de maîtrise d’œuvre, partagé par tous : les élus et la population pour communiquer sur l’opération, nos propres services en interne, que ce soit en phase de conception ou d’exploitation, les entreprises locales, afin qu’elles se familiarisent avec la maquette numérique, même si elles continuent à employer des documents graphiques sur le chantier », souligne Ivan Rascle, directeur général des services techniques (DGST) du conseil départemental. L’équipe d’architectes a déjà utilisé le BIM sur une de ses opérations, le futur Village des sciences de l’Université de Montpellier.

« Notre choix, sur un fonds de plan fourni par le maître d’ouvrage, a été d’intégrer le plus possible le bâtiment à son environnement : il sera à demi-enterré et l’ossature en béton sera enveloppée en façade d’une toile de textile imprimée servant de protection solaire et de pare-ballon au niveau de la toiture-terrasse », détaille Antoine Assus. Les études viennent d’être lancées et le dépôt du permis de construire est prévu en avril prochain, suivi des appels d’offres à l’été 2016. Début des travaux à l’automne et livraison fin 2017. Coût : 4,5 millions d’euros TTC.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X