Matériaux et équipements

Un guide pour coupler béton et empreinte carbone des bâtiments

Mots clés : Béton

La filière béton vient d’éditer un guide de recommandations et d’aide à la prescription afin que ces derniers puissent répondre efficacement aux exigences thermique mais surtout environnementale de l’expérimentation E+C-.

Comment atteindre des objectifs de réduction de l’empreinte carbone des bâtiments ? Il suffit de suivre le guide de recommandations et d’aide à la prescription à l’attention des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’œuvre. Publié par les acteurs du béton – CIMbéton, la FIB et le SNBPE – cet ouvrage de 14 pages, édité dans la collection Solutions béton, propose des pistes à suivre pour mener à bien le processus d’écoconception de son bâtiment.

 

Vous avez dit E+C- ?

 

La thématique devient une des actions de la filière béton : le label E+C- en cours d’expérimentation met en effet l’accent sur l’efficacité énergétique et la réduction de l’empreinte carbone et des bâtiments. Pour Philippe Gruat, vice-président de la filière béton, « le béton s’inscrit parfaitement dans cette expérimentation compte tenu des progrès réalisés par la filière pour réduire l’empreinte carbone du béton et de la multiplication des innovations pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments (toiture terrasse végétalisée, bétons isolants structurels, blocs coffrants isolants…). Mais « le but est aussi de réaliser des bâtiments neufs dans un modèle de développement local et d’économie circulaire ». Un axe que compte bien mettre à profit la filière béton via le projet national Recybeton visant à développer la part de bétons de déconstruction valorisée dans des nouveaux bétons ou dans le ciment. « Ce projet offrira, à terme, de nouvelles opportunités de valorisation « matière », explique Philippe Gruat.

 

Carbone et béton font-ils bon ménage ?

 

Par ailleurs, le guide préconise d’intégrer l’aspect carbone dans la prescription des bétons dès l’amont du projet : en phase de programmation, de conception et d’étude. « À partir d’un objectif de performance environnementale clairement affiché par la maîtrise d’ouvrage, les différents leviers de réduction de l’impact carbone permettent, à eux seuls, de réduire de plus de 20 % l’empreinte carbone du gros œuvre », indique Philippe Gruat. Producteurs et industriels du béton doivent donc être associés aux réflexions des maîtres d’œuvre pour rechercher ensemble la solution la plus optimale du point de vue technico-économique au regard des objectifs du projet. « À ce jour, cette approche collaborative dès l’avant-projet existe très peu, voire pas. Elle doit assurément être renforcée afin de procéder aux meilleurs choix », poursuit Philippe Gruat.

 

Télécharger le guide

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X