Chantiers

Un centre aquatique intégré au milieu urbain à Brive-la-Gaillarde

Mots clés : Architecture - Établissements sportifs couverts

A l’automne 2016, les Brivistes pourront profiter d’un complexe aquatique situé à proximité du centre-ville. Sa construction, en lieu et place de l’actuelle piscine, demande de relever plusieurs défis. En premier lieu, celui de réussir le système de «découvrabilité» mis au point par Octant Architecture.

Au centre-ville de Brive-la-Gaillarde, en Corrèze, le centre aquatique dessiné par Octant Architecture sort de terre avec 95 % du gros œuvre réalisé. Construit le long d’une rue passante qui est le seul accès au chantier, sur un site exigu et à côté de l’ancienne piscine encore en fonctionnement, le bâtiment a demandé aux entreprises de relever plusieurs défis.

Déjà, il est fait de pleins et de vides, de retraits et de gabarits différents, justement pour l’insérer le mieux possible dans le tissu urbain. Ensuite, le bassin ludique de 502 m2 se caractérise par ses 15 rayons de courbe différents.

Pour la façade ouest, par exemple, Croizet-Pourty a coulé en place des voiles grande hauteur (9,50 m de haut) en béton autoplaçant. «Cela répond à une demande de l’architecture qui a voulu, côté intérieur, un béton brut lasuré», indique Damien Duquenne, conducteur de travaux chez Croizet-Porty.

L’entreprise de gros œuvre a aussi dû calculer toute la structure en rez-de-jardin en fissuration très préjudiciable avec du béton hydrofugé, compte tenu du niveau de la nappe phréatique de 113 m NGF. Ainsi, les tonnages d’acier sont de 125 kg par m3 et les portes sont toutes étanches. Par ailleurs, dans le calcul du béton armé, il a fallu prendre en compte à la fois la pression de l’eau dans les bassins et le phénomène de contre-pression.

 

Découvrabilité

 

Le dispositif de «découvrabilité» constitue la principale caractéristique du complexe aquatique. Si, au nord, les bassins sportifs sont recouverts d’une toiture fixe qui laisse passer la lumière par des sheds, dans la partie sud, la zone aqualudique est conçue pour être découverte. Ainsi, pour la façade verticale, qui ouvrira sur le jardin, Octant Architecture a inventé un dispositif qui s’inspire des portes sectionnelles industrielles. Pour la toiture, la partie ouvrante glisse sur la partie fixe selon le principe du pont roulant. «L’ensemble fonctionne avec des moteurs tropicalisés et une commande à distance. L’enjeu est de pouvoir ouvrir très rapidement et facilement» , déclare Jean-François Périnet-Marquet, président d’Octant Architecture. Pour des raisons de poids, les éléments coulissants sont en panneaux de polycarbonate: «Grâce ce matériau, la partie toiture sera lumineuse et pas aveuglante», ajoute-t-il.

 

Adaptations

 

La découvrabilité a demandé des adaptations pour pouvoir poser sur un support parfaitement plan les rails de roulement situés à 8,60 m des plages. Le choix a été fait d’un système de poteaux-poutres avec des dallettes préfabriquées qui soutiennent le rail. Ainsi, Croizet-Pourty a coulé en place les six poteaux «grande hauteur» qui partent de – 3 m en dessous du niveau du sol et montent jusqu’aux dallettes béton préfabriqués à 8 m de hauteur: «Ils ont une fonction à la fois structurelle et architectonique. Ils sont reliés par des poutres en béton armé qui viennent en aplomb des rails de guidage», détaille le conducteur de travaux.

Pour la remontée à la verticale de deux des trois éléments de la façade, les rails de guidage ont été fixés sur les gaines de ventilation en béton armé. Pour la partie de la toiture qui s’ouvre, l’action d’un second moteur fait coulisser l’ensemble de la charpente sur des rails, eux aussi, fixés sur le béton armé. La partie mobile vient se positionner au-dessus de la charpente fixe.

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage: Brive-la-Gaillarde.

Maîtrise d’œuvre: Octant Architecture (Rouen) associé au cabinet Roullin-Monteil (Brive-la-Gaillarde), aux bureaux d’études Soja ingénierie et Sebat (Rouen).

Principales entreprises: Croizet-Porty (gros œuvre), Ciam (charpente métallique), Infraco (fondations spéciales), Valet (bardage, vêture), Cancé (découvrabilité).

Calendrier: démolition, juin 2013; début de la construction, septembre 2013; livraison, fin de l’été 2016, après 30 mois de chantier.

Surface: 7 150 m2 utiles (dont locaux techniques et circulations).

Superficies des bassins: 1 803 m2, soit un bassin sportif de 1 050 m2, un bassin éducatif/ludique de 502 m2, une pataugeoire de 40 m2, une lagune de jeux de 62 m2, un pentagliss de 90 m2.

Coût: 16,4 millions d’euros HT de travaux.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X