Réalisations

Un bâtiment signal pour la recherche rennaise conçu par Périphériques

Mots clés : Lieux de travail

Jeudi 29 janvier 2015, Emmanuel Couet, Président de Rennes Métropole, a inauguré la pépinière d’entreprises Biopôle. Conçu par l’agence Périphériques, ce bâtiment signal est habillé d’une seconde peau inspirée d’une séquence ADN.

Le Biopôle est localisé dans la technopole Rennes Atalante Champeaux au cœur d’un pôle de recherche et d’enseignement supérieur de premier plan sur la thématique «vie-agro-santé-environnement»: Agrocampus, Inra, Irstea, Bionov, pôle de compétitivité Valorial …

D’une superficie de 1 600 m² utiles, ce bâtiment signal que l’on peut apercevoir depuis la rocade Ouest accueille déjà cinq entreprises, pour une jauge prévue à 8 à 10 entreprises.

L’opération a fait l’objet d’un mandat de maîtrise d’ouvrage publique confié à la société Territoires et Développement qui a retenu l’équipe de maîtrise d’œuvre Périphériques-Jumeau AFJA SARL Architectes / Egis  (BET TCE – HQE) / Peutz & Ass (BET acoustique) / Mi+Ro (architecte d’opération).

Conduits par l’entreprise locale Angevin, les travaux de construction du bâtiment de 2 732 m² de shon ont débuté fin 2012. Une extension du bâtiment de 700 m² est envisageable à terme.

 

Un dispositif en forme d’anneau

 

D’une surface de 1 600 m² utiles, le Biopôle comprend deux étages et une terrasse technique sur un socle en retrait, organisés autour d’un atrium. Ce dispositif en forme d’anneau avec l’atrium au centre, les circulations en deuxième couronne et les laboratoires et les bureaux en couronne périphérique permet de garantir une flexibilité totale de l’aménagement intérieur.

Pour habiller ce cube noir de 40 x 40 m, l’architecte Anne-Françoise Jumeau a imaginé une seconde peau composée de tubes en aluminium posés à 60 cm de la façade. Toute en courbe, elle s’inspire d’une séquence ADN que les architectes ont décomposée et modélisée pour trouver le rythme du calepinage.

Outre l’aspect esthétique, cette double peau joue porte deux coursives de maintenance qui enserrent le bâtiment et joue un rôle thermique (effet brise-soleil). Ainsi, l’écartement plus ou moins important des montants (40 cm en moyenne) varie selon le besoin de lumière ou de protection des espaces intérieurs.

Le montant de cette opération s’élève à 8 716 534 € HT (valeur fin de chantier).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X