Aménagement

Un appel à projets pour « Réinventer La Seine » de Paris au Havre

Mots clés : ERP sans hébergement - Gestion et opérations immobilières

La mairie de Paris lancera un appel à projets intitulé « Réinventer la Seine ». Dès février 2016, une partie des rives du fleuve pourra être aménagée par des professionnels de la promotion immobilière, des concepteurs de centres de loisirs et des acteurs du secteur culturel.

L’appel à projets « Réinventer Paris » fait des petits. En février 2016, les villes de Paris, Rouen et Le Havre vont lancer « Réinventer la Seine » en partenariat avec des communautés d’agglomération (notamment celle d’Est Ensemble et de Plaine Commune), des ports et des villes plus petites. « Nous sommes en train d’identifier des sites en bord de Seine ou de canaux qui pourront accueillir des projets », indique Jean-Louis Missika, adjoint en charge de l’urbanisme à la mairie de Paris, en marge du Simi, le salon de l’immobilier commercial (organisé par le Groupe Moniteur). A Paris, les sites à proximité des canaux de l’Ourq, de la Villette et de Saint-Denis seront concernés.

« L’idée consiste à proposer à des promoteurs mais aussi à des acteurs de la vie culturelle ou des concepteurs de lieux de loisirs de faire des propositions d’aménagement de ces sites », détaille Jean-Louis Missika qui souhaite que l’on puisse s’amuser sur ces sites, mais aussi y découvrir des expositions et travailler.

 

Les projets sélectionnés « au fil de l’eau »

 

Les règles de fonctionnement de l’appel à projets « Réinventer la Seine » diffèreront de celles de « Réinventer Paris ». D’abord, « parce que beaucoup d’opérations seront installées de façon temporaire », signale Jean-Louis Missika. Ensuite, parce que chaque commune choisira elle-même le projet qu’elle souhaite développer sur son territoire. Enfin, il n’y a pas de date limite de dépôt des dossiers. « La gestion des projets se fera au fil de l’eau », assure l’adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo.

Pourquoi se lancer dans un tel projet ? Lors de la plénière clôturant la première journée du Simi, Jean-Louis Missika a dévoilé quelques arguments. « Toute métropole doit avoir un débouché sur la mer et nous devons être capables de concevoir des projets qui dépassent les limites géographiques de notre territoire. Enfin, nous devons réfléchir à la question de la logistique urbaine qui se jouera entre Paris, Rouen et Le Havre. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Un peu de retenue, s'il vous plait.

    Il faut arrêter d’enlaidir Paris avec des projets bobo-blingbling inutiles et couteux. La cité de la mode, la canopée, la nouvelle Samaritaine… sans oublier des quartiers entiers anxiogènes et monstrueux comme Tolbiac-Masséna ou les nouvelles Batignolles. Un peu de décence et de respect ne ferait pas de mal.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X