Environnement

Tunnel du Mont-Blanc : retour des camions de plus de 19 tonnes

Mots clés : Politique des transports

La réouverture du tunnel du Mont-Blanc aux camions de plus de 19 tonnes, équipés de quatre essieux maximum est intervenu lundi à partir de minuit.
L’Association pour le respect du site du Mont Blanc (ARSMB), qui regroupe 150 associations opposées au retour du trafic routier international dans la vallée de Chamonix, a annoncé par la voix de son président Georges Unia « une guérilla contre le passage des camions de plus de 19 tonnes. « On va mettre des guetteurs le long de la route blanche (conduisant à Chamonix et au tunnel) qui surveilleront jour et nuit la circulation. Si un camion de plus de 19 tonnes arrive, ils alerteront des équipes qui bloqueront ce poids-lourd sans violence », a précisé Georges Unia.
« Nous ne voulons pas de camions de plus de 19 tonnes dans la vallée de Chamonix et nous espérons que le nouveau gouvernement sera plus raisonnable que l’ancien » a t-il ajouté.

Jusqu’à présent, seuls les voitures, les camions ne dépassant pas 19 tonnes et les autobus à deux essieux avaient le droit d’emprunter le tunnel. Selon les administrateurs du tunnel, ces deux dernières catégories représentaient un maximum de 45 véhicules par jour.

Avec les nouvelles réglementations décidées le 5 avril entre les ministres français et italien des Transports, le nombre de camions et de bus sous le Mont-Blanc pourrait passer à une centaine chaque jour. Les véhicules les plus longs devront attendre le 25 juin.

L’étape de lundi n’est pas très bien accueillie du côté des transporteurs routiers qui réclament l’ouverture à tous les camions le plus tôt possible. André Chevrier, porte-parole de la section Haute-Savoie de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) déclare ne pas comprendre la logique des limitations de tonnage. « Si on prend un 26 tonnes, on a une charge utile de 13 tonnes, contre une charge utile de 25 tonnes sur un véhicule de 40 tonnes. Limiter le tonnage fait que vous avez deux camions au lieu d’un, deux moteurs au lieu d’un et le double de pollution », a-t-il dit. « L’étape de lundi ne sert à rien puisqu’il y a très peu de camions concernés, on attend avec impatience le 25 juin », a-t-il ajouté.

Les poids lourds roulent sous le tunnel selon le principe de la circulation alternée. Leur vitesse doit être comprise entre 50 et 70 km/h et l’interdistance entre véhicules doit être de 150 m.

(avec AFP)

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X