Entreprises de BTP

Trois questions au président d’EGF-BTP

Un an après son élection à la tête d’Entreprises Générales de France-BTP, Bernard Huvelin tire, pour le Moniteur, un premier bilan de son action…


Quel bilan tirez-vous de votre première année de présidence?

Bernard Huvelin : L’acquis le plus important de ces dernières années pour notre profession, c’est la revalorisation de la notion de marge. Les entreprises ont compris qu’elles sont là pour faire de beaux ouvrages, mais aussi pour faire des marges. Mais il ne faudrait pas que ralentissement de la croissance ressuscite la tentation de retour aux errements anciens. L’Allemagne est aujourd’hui l’exemple même de ce que produiraient ces comportements, qui sont désastreux tant pour le tissu des entreprises que pour l’économie nationale.

Certains maîtres d’ouvrage s’étonnent de la remontée des prix…

La pratique des prix anormalement bas avait fini par les leur faire considérer comme normaux. Il n’est donc pas surprenant que certains d’entre eux s’étonnent lorsqu’ils remontent, alors même que les entreprises ne font que reconstituer leur taux de marge. Nous venons de taux qui étaient parfois négatifs de quatre points, alors qu’un taux raisonnable est de l’ordre de 3 % avant impôt.

Quel a été le rôle de votre syndicat dans cette évolution?

Compte tenu du positionnement national et régional de ses entreprises adhéren-tes, il est clair que notre syndicat a un devoir d’exemplarité en la matière. Pour aider les entreprises, EGF a mené à bien une analyse de la variation réelle des prix de revient. Ce travail a mis en évidence des distorsions sensibles entre la réalité et des indices officiels, un peu théoriques bien que constituant jusqu’ici la bible des maîtres d’ouvrage. Nous allons compléter cette étude, jusque là limitée au bâtiment, par un volet travaux publics.
Nous avons également lancé une étude quantitative pour établir comment le re-cours à l’entreprise générale se situe, en termes de coûts, par rapport aux autres modes d’attributions de travaux. Nous publierons au début de l’an prochain les résultats de cette vraie comparaison, parce qu’elle inclura tous les éléments de coût de la chaîne de production, quel qu’en soit le résultat.

Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans le numéro 5139 du Moniteur en date du 24 mai 2002

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X