Transport et infrastructures

Travaux publics : la FNTP prévoit une « modeste » reprise cette année

Mots clés : Travaux publics

 Le secteur des travaux publics a connu une « reprise en demi-teinte » au premier semestre : de janvier à avril, l’activité est restée quasi stable (-0,5%) comparé aux quatre premiers mois de 2016, a annoncé mercredi 5 juillet la Fédération nationale des Travaux publics.

 

Après une stabilisation en 2016 qui mettait un coup d’arrêt à huit ans de chute d’activité, les premiers mois de 2017 n’ont pas encore été synonymes d’un « véritable redémarrage » dans les travaux publics. Ainsi, de janvier à avril, l’activité est restée quasi stable (-0,5%) comparé aux quatre premiers mois de 2016 d’après les chiffres présentés mercredi 5 juillet la Fédération nationale des Travaux publics.

Toutefois, si l’activité « reste encore poussive, la confiance revient sur les perspectives à court terme » estime la FNTP, pointant une amélioration des prises de commandes qui laisse présager une reprise d’activité à venir.

Aussi, le moral des chefs d’entreprise s’améliore nettement: seuls 8% d’entre eux anticipent une baisse d’activité, selon la dernière enquête d’opinion réalisée par la FNTP et l’Insee, tandis que le recours à l’intérim progresse – près de 7.000 intérimaires supplémentaires de janvier à avril, sur un an. « C’est extrêmement encourageant, on sent que la tendance s’inverse, mais on ne veut pas crier victoire trop vite », a ainsi confié Bruno Cavagné, réélu en mai à la présidence de la FNTP.

 

Dépendant de la commande publique

 

La fédération table sur une reprise « modeste » en 2017, avec une hausse d’activité de 2,5% à 38,6 milliards d’euros et un emploi stable, à la faveur des travaux du Grand Paris Express et de dépenses des collectivités locales qui redémarrent.

Dans ce contexte, les entreprises du secteur – qui vit à 70% de la commande publique – espèrent retrouver une meilleure visibilité sur leur activité grâce à des « engagements du président de la République essentiels pour le secteur », affirme Bruno Cavagné. Un Conseil d’orientation et de programmation des infrastructures de long terme (Copil) doit en effet voir le jour, ainsi qu’une loi d’orientation et de programmation des infrastructures sur 5 ans, définissant les grands projets nationaux à venir. Et mardi  4 juillet le Premier ministre Edouard Philippe a promis un « grand plan d’investissements de 50 milliards d’euros » dans plusieurs secteurs dont les transports, ce dont se félicite la FNTP.

Mais à plus court terme, la fédération estime « urgent de renforcer et pérenniser les ressources » de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF). Celle-ci est dotée d’un budget de 2,15 milliards d’euros, alors qu’il devrait être « d’environ 3 milliards » pour que l’agence puisse financer de nouveaux projets.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X