Entreprises de BTP

Travaux publics: du mieux en mai

En mai, les travaux publics ont confirmé la tendance observée depuis le début de l’année: l’activité se redresse. Les travaux réalisés continuent leur progression (+3,6% par rapport à mai 2015 et +4,8% comparé à avril 2016). En revanche, les facturations restent orientées à la baisse (-2,0%) sur ces 12 derniers mois et atteignent seulement leur niveau de 2006.

« Si l’irruption de certains événements récents (intempéries, difficultés d’approvisionnement ou Brexit) viennent perturber une conjoncture encore hésitante, la consolidation d’activité prévue pour fin 2016-début 2017 ne devrait pas être remise en cause ». Dans son dernier bulletin de conjoncture, la Fédération Nationale des travaux publics (FNTP), confirme la tendance au redressement. Les travaux réalisés en mai continuent ainsi leur progression enregistrée depuis le début de l’année (+3,6% par rapport à mai 2015 et +4,8% comparé à avril 2016, corrigés des jours ouvrés et des variations saisonnières). Une bonne nouvelle que tempère le niveau des facturations, « orientées à la baisse (-2%) en tendance sur ces 12 derniers mois » et qui atteignent seulement « leur niveau de 2006 ».

 

Des prises de commandes en hausse… mais toujours à très bas niveau

 

Le montant des marchés conclus augmente de +19,9% en mai 2016 par rapport à mai 2015 et de 7,9% par rapport au mois précédent. « Si le Grand Paris contribue à ce dynamisme, la progression des prises de commandes est également perceptible au sein des travaux routiers et des travaux électriques », note la FNTP. Fait notable, pour la première fois après 45 mois de baisse continue, « les marchés conclus affichent une dynamique positive (+2,3%) sur un an. Après avoir perdu 35% de marchés conclus de 2008 à 2015, le secteur mettra, cependant, du temps avant de revenir à un niveau de prises de commandes « classique ».

 

Quand il pleut, ce sont les TP qui trinquent !

 

En mai, les heures chômées pour intempéries présentent une forte hausse (x2 par rapport à avril 2016 et x5 comparé à mai 2015). En conséquence, les heures travaillées par les ouvriers permanents et les intérimaires sont en baisse (de respectivement -2% et -3,4% par rapport à avril 206 en données brutes). « Concernant les effectifs, ils demeurent en voie de stabilisation », conclut la FNTP.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X