Emploi / Formation

Travaux publics : découvrez le véritable « effet Grand Paris » sur les chiffres de l’emploi

Mots clés : Monde du Travail - Travaux publics

Selon une étude de la FRTP Ile-de-France, plus de 1000 postes d’encadrement seront à pourvoir dans la région l’an prochain.

Près de 1 000 postes d’encadrement seront à pourvoir dans les travaux publics au cours de l’année 2018 en Ile-de-France. C’est ce qu’indique une étude menée par la Fédération régionale des TP d’Ile-de-France en partenariat, notamment, avec Constructys IDF, l’organisme paritaire collecteur agréé du secteur.

L’ambition de ce « Contrat d’étude prospective travaux publics » : anticiper les besoins liés à la réalisation des projets du Nouveau Grand Paris (volet « transports » du projet du Grand Paris) pour la période 2015-2020. Le graphique reproduit ci-dessus présente ainsi l’effectif TP par métier en 2017 et son augmentation annuelle dans le cadre du Nouveau Grand Paris d’ici à 2020.

 

Formation dédiée

 

« Grâce au formidable réservoir d’activités que constituent ces projets, notamment en matière de génie civil et d’infrastructures, l‘Ile-de-France fait à ce jour office d’aimant, commente Jacques Perrin, DRH de Demathieu Bard. Nos effectifs sont en effet en hausse en moyenne, par rapport à l’année dernière, de 5 à 6 % sur le territoire francilien, contre 2 à 3 % en régions. » Vinci Construction a pour sa part accueilli en 2017, dans le cadre du Nouveau Grand Paris, plusieurs centaines de collaborateurs dont de nouvelles recrues, tout type de postes confondus.

« Ces chantiers de haute technicité offrent, en outre, l’occasion à nos salariés en interne de renforcer leurs compétences », ajoute Hervé Meller, DRH. Face à ces enjeux, le groupe a mis en place une formation dédiée, « la ville sous la ville », qui vise à développer la culture des travaux spéciaux et des travaux souterrains.

 

Les difficultés de la mobilité géographique

 

Autre levier à actionner : la mobilité géographique. « Nous nous efforçons de rapprocher de la région parisienne des salariés en poste en province en leur proposant des opportunités de carrière en travaux ou en études de prix », poursuit Jacques Perrin. Pas si simple. « Un certain nombre de nos collaborateurs en régions, qui représentent précisément une part importante de nos effectifs, ne se projettent pas sans mal en Ile-de-France », rebondit Jérôme Pavillard, DRH de Razel Bec. Le groupe réserve, lui aussi, plusieurs centaines de postes aux projets du Nouveau Grand Paris. « Afin d’approcher davantage de candidats que le marché ne peut nous en fournir, et forts de l’attractivité que représente une dizaine d’années de travaux avec un package de rémunération intéressant, nous mettons en place des programmes originaux pour identifier des professionnels francophones à l’étranger. » Parmi eux, des personnes qui avaient quitté l’Hexagone il y a quelques années à cause de la conjoncture reviennent aujourd’hui profiter de l’embellie.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X