Entreprises de BTP

Transmissions d’entreprises : le BTP peine à trouver ses repreneurs

Mots clés : Cession d'entreprise

Le groupe bancaire BPCE publie un observatoire qui montre clairement le comportement atypique des dirigeants du BTP par rapport aux autres secteurs dans la cession-transmission d’entreprises, que ce soit dans ses motivations, ses formes ou ses modalités.

Sortir des estimations et analyser le processus de transmission d’entreprise. Voilà l’objectif de l’étude menée par le groupe bancaire BPCE. En exclusivité pour « Le Moniteur », le focus réalisé sur les cessions d’entreprises de 10 à 5 000 salariés montre que de tous les secteurs d’activité, le BTP est le plus atypique et le plus fragile. Il se caractérise en effet par un faible taux de cession (3,4 % contre 5,6 % tous secteurs confondus) mais aussi par un fort taux de disparition (4,6 % contre 3 %). Et se renouvelle donc plus par création que par cession. Le fort taux de disparition s’explique par un tissu d’entreprises plus vulnérable, comptant davantage de PME (66 % contre 57 % ailleurs), le plus souvent indépendantes (68 % contre 42 à 49 %) et ayant un statut juridique assez simple (68,5 % de SARL contre 53,5 % en moyenne, un tiers de SAS de moins qu’ailleurs), particulièrement dans le bâtiment. De plus, la part d’entreprises « fragiles » est importante (25 % contre 17 % en moyenne, selon pH Group). « Ces facteurs structurels n’expliquent pas le faible taux de cession du BTP », précise toutefois Alain Tourdjman, directeur des études de BPCE. Et contrairement aux idées reçues, ce taux y reste très inférieur comparé aux autres secteurs quel que soit l’âge du dirigeant. La fréquence des cessions augmente davantage avec la taille de l’entreprise : 18 % par exemple à 45-50 ans pour les entreprises de plus de 250 salariés, contre 3 % pour les 10-19 salariés. Un rapport qui ne varie guère, même à 60 ans, barrière symbolique qui n’existe pas pour les chefs d’entreprise. « Il n’y a pas véritablement de marché de la transmission pour les TPE », admet Alex Conil, secrétaire général de la FFB du Languedoc-Roussillon, qui a initié « Transmibat » en 2002, un dispositif d’accompagnement du cédant (jusqu’à deux ans avant cession) et du repreneur (trois ans après).

Le BTP se distingue aussi par la forte proportion de cessions intrafamiliales (22 % contre 13 % en moyenne). Un chiffre en ligne avec ceux de la FFB Languedoc-Roussillon. A contrario, les cessions onéreuses, via un holding ou la reprise par les salariés, sont limitées (voir diaporama). La forte présence des entreprises de taille intermédiaire (ETI) dans la reprise est également surprenante, avec un taux près de deux fois supérieur (32 %) aux autres secteurs pour les plus de 50 salariés. Parallèlement, les rachats par des holdings sont plus rares (8 % contre 16 % en moyenne).

 

Une indispensable préparation

 

Le prix de cession reste bien inférieur dans le BTP (300 000 euros contre 500 000 en moyenne), relève l’étude de BPCE: « Ou il n’est pas une priorité, ou il reflète la difficulté à trouver le “fils spirituel”, voire l’incapacité à faire de l’entreprise un actif cessible », estime Alain Tourdjman. « La valorisation est un peu meilleure dans les travaux publics grâce au parc matériel, mais la notion de fonds de commerce est sans doute moins évidente que dans d’autres secteurs », admet Jacques Allemand, président du groupe de travail sur la transmission à la FNTP. Un constat que tempère Alex Conil : « A partir de 5-10 salariés, les entreprises un peu structurées savent qu’elles ont quelque chose à vendre. Il faut toutefois mettre les choses en bon ordre et ne pas surévaluer le prix par rapport au marché. » Comme ailleurs, l’enjeu de la cession se situe surtout dans la relation de confiance établie avec le repreneur. Mais plus qu’ailleurs, pérennité de l’activité et maintien de l’emploi sont très prégnants dans le BTP. Interrogés par BPCE, les cédants privilégient à 54 % la cession à un enfant ou un conjoint (contre 34 % en moyenne) et seulement 19 % aux salariés (30 % en moyenne). FFB et FNTP confirment que les ventes à une personne extérieure se réalisent le plus souvent en toute discrétion, pour ne pas fragiliser la société, au gré de l’intuitu personae. « On parle souvent de 1000 jours minimum pour préparer une succession », estime Jacques Allemand. Mais comme tout est affaire d’anticipation, plus tôt on s’y prend, mieux c’est.

Focus

Chiffres clés de la transmission dans le BTP

1193 cessions d’entreprises de BTP de 10 à 5 000 salariés recensées en 2010 sur un total de 12 315. A comparer à 1 627 disparitions.

134 634 employés concernés par une cession ou une disparition.

80% des opérations se font à un prix de cession inférieur à 300 000 euros dans le BTP, contre 500 000 euros en moyenne tous secteurs confondus.

58% des cessions recensées interviennent avant les 55 ans du dirigeant.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X