Energie

Transitions énergétique et numérique : les pouvoirs publics cherchent 50 jeunes pousses innovantes

Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, a lancé le 9 février un appel à projets dans huit « secteurs clés » de la transition énergétique (économies d’énergie, bâtiment, transport…). Jusqu’à 50 start-up seront sélectionnées pour rejoindre l’incubateur « GreenTech » du ministère, créé à l’occasion.

Soutenir 50 start-up de la croissance verte, c’est l’objectif que se sont donné Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, et Emmanuel Macron, ministre de l’Economie. Le 9 février, ils ont lancé un appel à projets innovants sur huit « secteurs clés » de la transition énergétique, dont les économies d’énergies, les énergies renouvelables ou encore le bâtiment.

Cinquante premières jeunes pousses seront sélectionnées dans ce cadre et rejoindront l’incubateur « GreenTech » du ministère de l’Ecologie, créé conjointement. Elles bénéficieront d’un financement pouvant aller jusqu’à 150 000 euros. Dans un second temps, les projets « les plus prometteurs » pourront bénéficier d’une seconde aide allant jusqu’à 500 000 euros. « Par cet appel à projets, nous voulons attirer les talents », a affirmé Emmanuel Macron.

Certains secteurs concernent directement le secteur du BTP :

– Economies d’énergie (compteur individuel de chauffage dans le logement collectif, objet connecté en applications liés au compteur intelligent électricité et gaz, numérisation de l’éclairage public) ;

– Energies renouvelables (applications favorisant l’autoconsommation chez les particuliers ;

– Bâtiment (carnet numérique de suivi et d’entretien des bâtiments et logements) ;

– Santé et environnement (calculateur individuel de qualité de l’eau, de l’air et du niveau sonore dans l’habitat et les espaces collectifs) ;

– Biodiversité (annuaire numérique d’impact sur la biodiversité par territoire des aménagements publics et privés).

Parallèlement à cet incubateur, le ministère lance un concours visant à sélectionner cinq projets de technologie verte « portés par les élèves d’écoles du ministère de l’Ecologie ».

Pour nourrir cet élan d’innovation, Ségolène Royal a rappelé le rôle important de l’ouverture des données dans les domaines climatique et énergétique, notamment. Les données relatives à la consommation d’énergie des ménages sont déjà à la disposition des pouvoirs publics en vertu de l’article 179 de la loi de transition énergétique.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X