Immobilier

Toulouse aura son gratte-ciel

Mots clés : Architecte - Etat et collectivités locales - Gares, aéroports - Immeuble de grande hauteur - Sécurite des ouvrages

C’est officiel : le premier gratte-ciel toulousain, dessiné par l’architecte américain Daniel Libeskind, s’élèvera d’ici à 2022 à deux pas de la gare Matabiau, en plein cœur de la Ville rose. C’est ce qu’a annoncé ce jeudi 13 juillet Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole.

 

Réuni ce mercredi 12 juillet, le comité d’engagement de la SNCF a définitivement validé, à l’issue d’une période de négociations exclusives de trois mois, l’attribution à la Compagnie de Phalsbourg d’un projet de tour signal sur le site dit du « tri postal », à proximité de la gare Matabiau. Le promoteur était, depuis le 15 mars, « lauréat pressenti » d’un concours organisé par SNCF Immobilier, Toulouse Métropole et la SPLA Europolia. « Les discussions et les accords juridiques ont abouti, le projet va se faire », précise Jean-Luc Moudenc. Cette décision ouvre la voie à la cession par la SNCF des terrains de l’ancien centre de tri postal au promoteur.

Conçue par l’architecte américain Daniel Libeskind, avec l’agence toulousaine Kardham Cardete Huet, la Tour d’Occitanie, haute de 150 mètres, comportera 40 étages. Elle abritera, sur 30 000 m² de plancher, des bureaux, des commerces en rez-de-chaussée, près d’une centaine de logements, un hôtel Hilton et un restaurant panoramique.

Sur la forme, la tour est conçue comme un enroulement de rubans en spirales de verres. Un cheminement arboré s’enroulera lui aussi autour de la structure pour donner accès, au sommet de l’édifice, à un jardin qui, à la demande du maire de Toulouse, sera public.

 

Exit l’Occitanie Tower

 

 « Le permis de construire va être élaboré puis étudié dans le courant de l’année 2018 pour un lancement des travaux en 2019 », indique Jean-Luc Moudenc. Le projet devrait être livré en 2021 ou 2022, après 32  mois de travaux. Son coût, estimé à 130 millions d’euros, sera entièrement pris en charge par la compagnie de Phalsbourg, qui assurera la promotion puis l’exploitation du bâtiment.

Jean-Luc Moudenc a aussi tenu à mettre fin à la mini-polémique née lors du dévoilement du projet en demandant à la compagnie de Phalsbourg de franciser le nom de l’immeuble. L’ « Occitanie Tower » présentée le 15 mars est donc officiellement devenue la « Tour d’Occitanie ».

Ce premier gratte-ciel toulousain s’inscrit dans le cadre du programme Toulouse EuroSudOuest (TESO). Lancé dans la perspective de la réalisation de la 3e ligne de métro Toulouse Aerospace Express et de l’arrivée de la ligne à grande vitesse à Matabiau, ce projet associe la modernisation du nœud ferroviaire de Toulouse, la réalisation d’un pôle d’échange multimodal et un projet urbain autour de la gare. Porté par la société publique locale d’aménagement Europolia, le projet urbain a pour concepteur l’architecte catalan Joan Busquets. Il donnera naissance à un nouveau quartier d’affaires comprenant près de 300.000 m2 d’activités tertiaires et 2 000 logements.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X