Environnement

Tokyo dévoile son plan d’action climatique

Mots clés : Energie renouvelable

Tokyo ne relâche pas la pression. Quelques semaines après avoir annoncé qu’il entendait réduire de 60% à 80% ses émissions de CO2 d’ici à 2050, le gouvernement de Yasuo Fukuda a présenté, mardi, un programme d’actions fort ambitieux.

Pour ce qui est du secteur de l’électricité, l’administration japonaise devrait, dans les tout prochains mois, édicter de nouvelles normes d’injection du courant produit par des centrales solaires et éoliennes. Le but étant qu’à l’horizon 2020, les sources de production de courant « zéro émission » représentent 50% du parc nippon, contre 40% aujourd’hui. Raison pour laquelle, le gouvernement japonais prévoit de lancer la construction de neuf nouvelles tranches nucléaires d’ici au mois de mars 2018. Grâce au développement d’aides publiques, la moitié du parc automobile devrait être « électrifiée » dans huit ans. Plus anecdotique : la Japan Electric Power Exchange devrait permettre l’échange de contrats de courant vert à partir d’avril prochain. Le développement de technologies nouvelles n’est pas oublié.

Tokyo vise une division par 7 du prix des photopiles d’ici à 2030
En vue de généraliser la capture et la séquestration du carbone (CCS), les industriels carbo-intensifs accroîtront leurs expérimentations. Dès avril 2009, un premier site expérimental devrait entrer en service. L’objectif étant de faire tomber, vers 2020, le coût de la capture d’une tonne de CO2 à 2 000 yens (11,8 euros), contre 4 200 yens (25 euros) actuellement. La compression des coûts est l’objectif visé pour la pile à combustible (PAC) et les énergies solaires. Tokyo vise une division par dix des prix des PAC et par sept des photopiles d’ici à 2030. Les fabricants de biens d’équipements énergivores seront mis à contribution.
En 2030, les chauffe-eau et les conditionneurs d’air devront voir leur consommation électrique baisser de moitié par rapport aux engins actuellement mis sur le marché. La gestion du carbone, bien sûr, n’est pas oubliée. Un marché de quotas devrait ouvrir dès le mois d’octobre. L’étiquetage carbone des produits devrait commencer à se généraliser au début de l’année fiscale 2009. Voilà pour les certitudes. Pour le reste, Tokyo promet d’étudier le principe d’une taxe carbone aux frontières.
De même, l’étiquetage carbone des produits devrait commencer à se généraliser au début de l’année fiscale 2009.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X