Projets

Tetrarc construira le conservatoire de Rennes dans le quartier populaire du Blosne

Mots clés : Etat et collectivités locales - Salles d'audition, de conférences, de réunion, spectacles ou à usages multiples

Approuvé lundi 23 mai par le Conseil municipal de Rennes, le projet de l’agence nantaise Tetrarc a su s’adapter à des contraintes budgétaires importantes avec un édifice tout en courbes et en transparence, ouvert sur le quartier.

Unanimement salué par les membres du jury, le projet de Tetrarc possède un faux air de Philharmonie de Berlin dans le profil du toit. Incontestablement, ce bâtiment de quatre étages et de 4 487 m2 de surface de plancher fera repère malgré les contraintes budgétaires qui ont conduit la ville a diviser par deux le budget avec un programme répartit sur deux pôles, dont le site actuel, rue Hoche.

Ce nouveau bâtiment du Conservatoire à rayonnement régional de Rennes (CRR) sera donc installé au sud de la ville, dans le quartier du Blosne. «Un service public de qualité au sein d’un quartier populaire pour aller au bout de notre raisonnement sur la démocratisation de l’accès à la culture» assure Sébastien Sémeril, premier adjoint en charge de l’urbanisme. De fait, l’équipement proposera des salles de répétitions pouvant être utilisées indépendamment et un café dans le hall.

«Notre projet est la pierre angulaire de la nouvelle reconfiguration urbaine du quartier» explique Tetrarc, mandataire du groupement de maîtrise d’œuvre composé également de Grontmij-Isateg, du cabinet Lemonnier, de Soderef Développement, de l’Atelier Rouch et Architecture et Technique.

 

Ouverture et transparence

 

La façade Est, façade principale donnant sur la place de Zagreb, résume le propos des concepteurs. Ouverte, avec un creux en entrée qui poursuit, à l’intérieur, le tracé de la place, elle est une invitation. La longue courbe de façade Sud, elle aussi, se veut ouverte mais sur le parc. Transparentes sur une hauteur de 8 mètres, ces deux façades donnent à comprendre les fonctions qu’abrite le bâtiment. La façade Ouest, qui accueille les fonctions techniques, et la façade Nord, alignée aux constructions du boulevard de Yougoslavie, sont plus sobres. Et puis, il y a le toit, traité de manière sculpturale, qui offre une cinquième façade au bâtiment et dévoile en son centre un jardin circulaire, bordé par une galerie vitrée.

Malgré ce volume franc, propre aux grands édifices culturels, l’architecture se veut «peu bavarde, cristalline, laiteuse». Les façades seront ainsi recouvertes d’un polycarbonate luminescent.

Pièce majeure de l’équipement, l’auditorium de 300 places sera habillé de panneaux de bois dont la géométrie rappellera un motif fractal. Ce dispositif acoustique sera complété de rideaux tissés épais, dissimulés en bordure du plafond par travées de trois mètres, qui permettront de modifier les caractéristiques acoustiques de la salle en peu de temps et sans manipulation de matériel.

«Notre bâtiment est comme partagé en deux. Les deux premiers niveaux offrent au regard les espaces qu’ils contiennent: ce sont les espaces du partage, de l’ouverture et de la communication musicale. Au-dessus, tout est plus réservé et discret, recentré sur l’étude» expliquent les architectes.

Le budget de l’opération est de 19,8 millions d’euros TTC (valeur mai 2015) dont 14,2 millions de travaux et 2,3 millions TTC d’honoraires de maîtrise d’œuvre. Le chantier est programmé au deuxième trimestre 2018 pour un achèvement au deuxième trimestre 2020.

 

Focus

Le détail du programme

Les 4 487 m2 de surface de planchers comprennent:

– 338 m2 de pôle accueil et d’espaces communs, regroupant le hall et ses fonctions d’informations et d’accueil, un café musiques-salle club ouvert sur l’espace public et le hall, avec un fonctionnement autonome, un espace de consultation et d’écoutes;

– 1 260 m2 de salles d’enseignement et de pratique musicale dédiées à une partie de la pratique instrumentale et de l’art vocal, à la musique traditionnelle, au jazz et aux musiques actuelles, à la percussion et aux musiques amplifiées;

– 668 m2 d’auditorium comportant 300 places assises, une scène et arrière-scène, la régie, les loges et rangements dédiés;

– 1 195 m2 de pôle d’enseignement chorégraphique et des arts dramatiques avec trois studios de danse, trois salles de répétition dédiées à la pratique des arts dramatiques, ainsi que des vestiaires, sanitaires et rangements associés.

– 156 m2 pour une partie du pôle administratif du CRR;

– 541 m2 de Pont Supérieur département musique, avec ses espaces de pratiques et sa fonction administrative;

– 330 m2 de fonctions logistiques et techniques, intégrant notamment les sanitaires, l’infirmerie, les locaux d’entretien et les locaux techniques.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X