Industrie/Négoce

Terreal : une nouvelle identité pour un positionnement plus large

L’ETI française spécialisée dans la terre cuite a dévoilé, le 15 avril, une nouvelle identité pour accompagner le repositionnement de ses activités sur l’enveloppe globale du bâtiment.

Oublié le simple fabricant de tuiles et de briques. Du haut de ses quinze ans, l’entreprise française Terreal fait sa crise d’adolescence. Le 15 avril, l’industriel a dévoilé une nouvelle identité visuelle ainsi qu’une stratégie de marque repensée afin d’accompagner son nouvel élan.

 

« Terreal – Terre cuite » devient donc « Terreal – Terre de votre imagination ». Une mue devenue indispensable selon le président Hervé Gastinel, à l’origine du lancement de Terreal, en 2000, au moment où l’entreprise était encore une filiale de Saint-Gobain. « La marque avait besoin d’être rajeunie, reboostée ». Pour accompagner ce changement radical, le dirigeant a lancé le projet « Terreal 2020 ». Son objectif principal : positionner l’ETI comme un acteur global de l’enveloppe du bâtiment.

 

Une vision globale différenciante

 

« La terre cuite est une constante à laquelle nous restons attachés, elle reste notre point d’entrée, mais nous ne nous voyons plus comme un fabricant de tuiles et de briques. Désormais nous voulons nous imposer comme fournisseur de solutions constructives complètes », décrit-il. Car si la couverture représente encore un peu plus de la moitié du chiffre d’affaires de Terreal, l’industriel tente de conforter ses positions sur le marché de la structure et de percer dans la façade (accrochage et isolation). « Proposer des systèmes globaux est très différenciant aujourd’hui », justifie Hervé Gastinel.

L’entreprise basée à Suresnes ne fait pas exception, elle a souffert en 2014 comme les autres années depuis le début de la crise du bâtiment. Son président se réjouit quand même d’un chiffre d’affaires qui n’a pas trop chuté, à environ 400 millions d’euros, et d’un objectif de réduction de dette largement atteint sans avoir recours à des plans sociaux. « Nous avons connu des années difficiles mais aujourd’hui nous relançons la machine sur la base d’une entreprise saine », assure-t-il.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X