Industrie/Négoce

Swiss Krono de plus en plus vert

Mots clés : Bois - Distribution

Une présence améliorée dans les négoces pour les panneaux de particules et mélaminés, mais aussi une stratégie « bas carbone » de plus en plus affirmée. Swiss Krono affiche des ambitions diversifiées : vers le négoce, la GSB et la prescription, pour les marchés de la construction, de la rénovation et de l’agencement.

 

Alors que depuis plus de 10 ans, la filiale française du groupe basé en Suisse consacre l’essentiel de ses efforts au développement du marché du panneau OSB (dont l’usine française de Sully sur Loire –Loiret- est l’unique producteur dans l’Hexagone), elle affiche aujourd’hui son ambition de renforcer considérablement sa présence dans la distribution, pour le deuxième segment de sa production, les panneaux, dalles de particules et mélaminés. Un ensemble qui représente à peu  près  la moitié de l’activité de la filiale, en dépit d’une distribution, du côté du négoce en tout cas, largement en retrait de celle des panneaux OSB. « Notre marge de progression est très importante » affirme Vincent Adam, Président de Swiss Krono France. Une offensive d’ores et déjà en cours et qui concerne peut-être d’abord les  concessionnaires de la marque pour les panneaux OSB. Une annonce qui fait écho à la « reformulation » de la structure commerciale annoncée en début d’année et qui concernait certes les marchés de prescription (bureaux d’études, hôtellerie, restauration…), mais aussi le négoce, avec pour objectif une meilleure présence de la gamme de mélaminés One World. 

 

Un écorceur

 

Autre actualité majeure du spécialiste des panneaux dérivés du bois, la mise en œuvre d’un nouvel écorceur sur son site de Sully sur Loire (Loire). Un nouvel équipement qui s’inscrit dans la continuité d’un vaste programme d’investissement qui, depuis plusieurs années, répond à deux objectifs : accroître la capacité de production (le site de Sully-sur-Loire fonctionne actuellement 24h/24 et 365 jours par an) tout en réduisant son impact sur l’environnement. De fait, le principal intérêt de ce nouvel écorceur est de beaucoup mieux accueillir les essences feuillues, (désormais intégrées jusqu’à 50% dans le process) largement dominantes dans la région de Sully-sur-Loire… Conséquence : l’approvisionnement du site industriel est désormais beaucoup moins dépendant des résineux, et donc géographiquement beaucoup plus proche. L’avantage est double : d’abord des frais de transport considérablement réduits. Le gain annuel est évalué par l’entreprise à l’équivalent de 15 tours du monde effectués par un camion. Mais au-delà de l’économie réalisée, c’est la réduction de l’empreinte carbone qui est importante. D’abord bien sur parce qu’elle va dans le sens de l’évolution réglementaire qui encadre les matériaux de construction ; ensuite parce qu’elle permet à l’entreprise de se positionner avantageusement sur un terrain où la filière bois n’a pas toujours suscité les éloges.  

 

Rentabilité

 

Des initiatives industrielles, marketing et commerciales sur fond de rétablissement économique puisque la filiale, déficitaire en septembre 2015 (terme de l’exercice fiscal), a retrouvé la rentabilité l’an dernier malgré un chiffre d’affaires en quasi stagnation à 171 ME,  et devrait confirmer cette embellie à l’automne prochain. Une amélioration pour l’instant essentiellement due à des optimisations internes, l’activité ayant clairement souffert l’an dernier du recul du bois sur le marché de la construction (-14% à 8,7% de part de marché). Reste que les potentiels sont énormes, « notamment du côté du collectif et du non résidentiel » affirme-t-on chez Swiss Krono, tout en faisant remarquer que  les effets de la reprise semblent se faire enfin sentir (les délais de livraison tendent à s’allonger). Seul réel  point noir dans ce décor encourageant, la confirmation de la tendance à la massification internationale des achats de la part des principaux grands clients de Swiss Krono. Avérée depuis plusieurs mois déjà au sein du groupe Kingfisher (Brico Dépôt et Castorama), plus ou moins aboutie au sein d’Adeo (Leroy Merlin, Bricoman et Weldom…), elle concernerait également depuis peu les enseignes de Saint-Gobain Distribution Bâtiment. Une tendance qui laisse augurer des négociations commerciales de plus en plus tendues.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X