Projets

Sur l’hippodrome de Longchamp, après les gravats, la première pierre

Mots clés : Architecte

Dans le bois de Boulogne, à Paris, la déconstruction des tribunes du champ de courses est achevée et le chantier du nouveau bâtiment, signé par l’architecte Dominique Perrault, a été lancé officiellement ce lundi 14 mars.

On ne peut sans doute être un lieu où naissent des légendes et déroger aux traditions. Sur l’hippodrome de Longchamp, dans le bois de Boulogne à Paris, la première pierre de la nouvelle tribune a donc été dûment posée le lundi 14 mars. Les coups de truelles symboliques ont été donnés par Edouard de Rothschild, le président de France Galop, l’architecte Dominique Perrault qui a conçu le futur bâtiment, Bernard Mounier, le président de Bouygues Bâtiment Ile-de-France qui la construira et le jockey Stéphane Pasquier. Mais au-delà de ce très officiel micro-chantier, les habitués ont pu découvrir le paysage bouleversé de l’hippodrome qui a fermé ses porte au public le 5 octobre dernier, pour deux années de travaux de transformation.

« Voilà qui fait drôle de voir Longchamp si plat », pouvait-on entendre. Aux côtés du Totalisateur et la tribune du Pavillon, tous deux bâtiments datant des années 1920 et voués à être conservés, les deux grandes tribunes du Jockey Club et du Conseil Municipal, qui avaient été construites en1966, ont en effet été réduites à l’état de gravats. Quelque 30 000 m3 de béton ont été rongés par les pelles entre octobre et février. « Nous aurions pu choisir une méthode plus rapide, a remarqué Bernard Mounier, mais nous avons préféré mener une démolition douce pour pouvoir ensuite trier les matériaux, puis les recycler. » Dans une logique d’économie circulaire, les anciens bétons des bâtiments déconstruits devraient être réutilisés, notamment comme remblais.

 

Arc de Triomphe

 

Avec la date de septembre 2017 en guise de ligne d’arrivée et, dans la foulée, la tenue incontournable du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, le top départ de la construction des nouvelles installations est donc donné. Selon le calendrier annoncé par France Galop, les premiers éléments de charpente métallique arriveront ainsi sur le site en mai prochain qui permettront de dresser la nouvelle tribune du Jockey Club.

En effet, là où se tenaient deux édifies, il n’en sera réalisé qu’un seul. Le nouveau Longchamp sera ainsi plus compact – tout en laissant la possibilité d’installer des équipements provisoires pour les grands rendez-vous comme l’Arc de Triomphe. Il sera aussi plus transparent. « Nous avons imaginé un bâtiment qui n’avait ni avant ni arrière », a rappelé Dominique Perrault. Ainsi, l’édifice sera traversant et permettra au spectateur d’avoir aussi bien vue sur la piste que sur le rond de présentation, situé de l’autre côté. « L’enjeu est d’avoir un hippodrome plus ouvert », a noté l’architecte. Conscient de toucher au mythe en intervenant sur un lieu cher aux amoureux des courses, il s’est lancé cet autre défi, que « ceux qui aujourd’hui ont un pincement au cœur n’aient, à termes, aucun regret. »

 

Time-lapse de la déconstruction des anciennes tribunes de Longchamp © France Galop

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X