Profession

Sur Facebook, un « Groupe de travail pour l’avenir du métier d’architecte »

Mots clés : Architecture

Créé voici deux mois – et désormais fort de 400 membres – ce groupe de travail a pris la parole aux récentes Universités d’été de l’architecture, le 26 juin dernier…

Le constat est dramatique. Sur environ 30 000 architectes inscrits à l’Ordre en France en 2013, un quart gagnaient moins de 546 euros par mois et un tiers étaient non-imposables sur les revenus de 2013… Pour ce groupe de travail, « la crise n’explique pas tout » et il entend formuler des propositions et des demandes :

Enrayer l’afflux sur internet de sites de vente de plans en ligne
Revisiter le site de l’Ordre  afin d’offrir une lecture claire et intuitive, en s’inspirant  du site de l’Ordre de nos confrères Belges où chaque particulier peut évaluer rapidement le montant des honoraires en rapport aux temps et à la prestation souhaitée.

Lutter contre les signatures de complaisance
Mettre en place sur le site web de l’Ordre un service d’enregistrement des permis de construire précisant un numéro d’enregistrement et les conditions contractuelles entre le client et l’architecte, permettant ainsi  de vérifier que l’architecte est inscrit et auteur du projet.

Favoriser le recours à l’architecte en-dessous du seuil de 170 m2
Mettre en place des mesures d’incitation  par l’instauration d’un  taux de TVA réduit  et supprimer l’instruction des permis de construire déposé par un architecte. Pour assurer ce dernier point, et pour répondre à l’évolution de notre métier, une formation obligatoire, continue, juridique, mise à jour régulièrement (urbanisme, assurances, etc.) et un visa des dossiers de PC devra être mise en place par l’Ordre.

Instaurer une politique transversale
Création d’une délégation interministérielle à l’architecture, au développement durable, au logement et à la ville, comme le préconise Patrick Bloche dont le rapport doit être porté fortement par l’Ordre et les syndicats, préalable nécessaire à une politique de simplification.

Vivre du métier d’architecte
Interdire l’élaboration de projets réalisés en interne par des confrères salariés de collectivités territoriales et autres groupes de BTP.

Doper l’image des projets des collectivités
Supprimer le critère « prix » (qui est tout simplement le premier, voire le seul critère) sur tous les Mapa. Ce qui implique que chaque ordre régional aille à la rencontre de tous les donneurs d’ordre  pour expliquer la plus-value apportée à la collectivité par un bon projet et une réalisation et un fonctionnement étudiés.

Comprendre le travail des architectes (et le montant de leurs honoraires)
Réaliser une campagne grand public sur la plus-value du recours à l’architecte : économies, totalité des prestations, qualité architecturale, revente du bien, etc. Cette campagne doit être nationale, et se substituer aux entreprises isolées de communication.

Favoriser l’accès à la commande et l’installation des jeunes architectes
Les écoles d’architecture doivent confier l’enseignement de l’architecture aux architectes.

Favoriser l’ambition architecturale
Exiger l’inscription systématique du nom de l’architecte sur la façade de tous bâtiments livrés publics ou privés.

Recourir aux concours
Le concours doit rester garant de la création architecturale. Les donneurs d’ordre doivent retenir de jeunes architectes. Il faut pour cela interdire les références au chiffre d’affaires et aux ouvrages de même type construits antérieurement.

Relancer la production de logements de qualité
Revenir sur l’amendement qui soumet les contrats des OPHLM à l’ordonnance du 6 juin 2005 et les affranchit du de recours au Code des Marchés Publics de mars 2011, cette mesure prise dans l’urgence de la crise de 2008  n’étant plus pertinente dans le contexte économique actuel.

Garantir la qualité des espaces publics
Obligation de les soumettre à un marché de maîtrise d’œuvre d’architecture.

Apporter de la qualité aux petits projets
Redonner leur mission première aux CAUE : conseil systématique aux particuliers sur leurs déclarations préalables avant tout dépôt pour instruction et renvoi vers un architecte si le projet l’exige.

Ajuster la cotisation à l’Ordre
Compte-tenu des revenus perçus par la profession, le montant de la cotisation ordinale – 700 € – est trop élevé. Cette cotisation devrait être calculée au prorata du chiffre d’affaires des agences. En tout état de cause, l’Ordre doit se résoudre à faire des économies et à jouer la transparence.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    L avenir des architectes

    Si la profession souffre il faut poser les bonnes questions et non vouloir modifier et /ou imposser des nouvelles règles qui seraient un désastre pour la construction et le batiment. Maître d œuvre en batiment 40 ans d expérience je puis vous assurer que ce beau métier me fait vivre, et je n ai fais pas l école d architecte heureusement , par contre je fais du chantier et ce depuis l age de 18 ans et sur le chantier c est moi qui meme les réunions, par expérience on ne pas en dire de meme des Dplg ou expert judiciaire particulièrement incompétent Les diplômes n ont aucune valeur on voit les resultats .
    Signaler un abus
  • - Le
    Une bande de femelles hystériques et provinciales viendrait donner des leçons de morale à l’Ordre, devant l’élite des représentants de la fonction publique et privée; se moquer de la Mamie qui fait de la résilience en Grand Paris , des maîtresses d’écoles en pleines dépressions, des marchands de power ponte 4D, des pères Noël de la promotion privée avé leurs beaux parcs comme là-bas etc , bref ridiculiser une profession sérieuse et si malmenée sans que personne ne réagisse avec dignité ? On est pas encore en Grèce à ce que je sache ! Maurice Lesse
    Signaler un abus
  • - Le
    Si une bande de feemen hystériques font la loi devant l’Ordre, les résilients du Grand Paris, les maîtresses d’écoles’ et les pères Noël de la promotion privée c’est à déchirer sa carte ! On est pas en Grèce que je sache ! Dayot
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X