Profession

Stratégie nationale pour l’architecture : le travail des rapporteurs est achevé

Mots clés : Architecture - Gouvernement - Travail

Les groupes de travail qui planchaient sur la future « Stratégie nationale pour l’architecture » (SNA) ont achevé leur mission. Leurs travaux seront présentés prochainement à Fleur Pellerin…

Frédéric Bonnet, Boris Bouchet, Hélène Riblet, Marc Barani, Marie Zawistowski, Paul Chantereau, Lorenzo Diez, Paul Chemetov, Lucie Niney et Christine Edeikins peuvent souffler (un peu). Ces animateurs et rapporteurs des groupes de travail relatifs à la future « Stratégie nationale pour l’architecture » (SNA) ont achevé leurs travaux dont les conclusions seront présentées prochainement à Fleur Pellerin, ministre de la culture et de la communication.

Trois groupes pour trois thématiques : « sensibiliser-mobiliser », « innover » et « développer ». Menés en concertation avec le Conseil national de l’ordre des architectes (Cnoa), ces travaux ont été nourris par de nombreux entretiens et auditions.

Il en ressort plusieurs orientations :

– La crise actuelle oblige à réinterroger les fondamentaux d’une architecture de proximité accessible à tous, dans une culture partagée du « bien construit ». La transversalité d’une discipline au caractère scientifique, technique et culturelle constitue un puissant stimulant pour l’innovation et une garantie d’un cadre de vie de qualité.

– Développer la capacité d’intervention architecturale sur le bâti existant, et ainsi affirmer que « préserver c’est transformer » est un enjeu contemporain majeur. Les auteurs invitent donc à poser un regard nouveau sur la valeur économique et culturelle de l’architecture pour retrouver confiance et transparence dans l’acte de construire.

– Les groupes de travail mettent l’accent sur le renforcement de l’ancrage scientifique, professionnel et territorial de la formation initiale et continue des architectes et sur la nécessité de l’accompagnement des jeunes professionnels. Ils insistent également sur la structuration de la profession, qui doit pouvoir répondre aux évolutions de la société et de la commande.

– Enfin, ils proposent de renforcer l’exemplarité du concours, caractéristique française récemment confirmée par le Premier ministre, à travers notamment une maîtrise d’ouvrage mieux formée aux enjeux architecturaux et à même d’assumer une gestion vivante de son patrimoine.

Ces réflexions se poursuivront par des échanges avec les professionnels et constitueront la base des propositions en faveur de l’architecture que la ministre présentera en septembre au Gouvernement, après une concertation interministérielle faisant le lien avec les différentes politiques économiques, urbaines, écologiques et d’aménagement du territoire.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X