Projets

Strasbourg: LAN signe le dernier îlot de la ZAC Etoile

Mots clés : Etat et collectivités locales - Gestion et opérations immobilières - Urbanisme - aménagement urbain

Le cabinet LAN a remporté le concours de l’îlot Saint-Urbain, un programme immobilier mixte de 21 500 m2 qui boucle la ZAC Etoile à Strasbourg. Son compromis entre la répartition des surfaces en plusieurs bâtiments et le maintien d’une tour de plus de 50 mètres a séduit le jury présidé le 25 novembre par le maire Roland Ries.

Associé à l’agence strasbourgeoise TOA, LAN a devancé les projets de MVRDV et Patrick Schweitzer (S&AA), Charter-Dalix et DeA, Rudy Ricciotti et Georges Heintz. Ces quatre tandems avaient été admis à concourir par Adim, la filiale de développement immobilier de Vinci Construction, elle-même choisie par la Sers, concessionnaire de la ZAC, pour réaliser l’îlot Saint-Urbain, qui emprunte son nom au cimetière voisin.

La réponse du promoteur tient en 21 500 m2, répartis en 170 logements (accession, locatif privé, social), 2 500 m2 de bureaux, 2 500 m2 de commerces alimentaires et un hôtel 4 étoiles de 120 à 130 chambres. Adim s’est associé dans ce but respectivement au promoteur de logements Pierre & Territoires Alsace, aux bailleurs Domial (groupe Plurial) et CUS Habitat, à l’opérateur rémois Redeim d’immobilier commercial et au groupe Starwood: l’hôtel strasbourgeois sera l’une des deux premières implantations en France de son enseigne Aloft.

LAN (Local Architecture Network) explique avoir recherché la connexion avec les identités architecturales historiques de la ville alsacienne depuis le Moyen-Age, tel qu’il les a perçues: les fenêtres et les couleurs. Son projet multiplie dès lors les ouvertures dans les façades et il envisage toute une gamme de coloris de béton, dans des tons qui privilégient en l’état le vert, le bleu et le rose clair.

 

Un investissement de 60 millions d’euros

 

Les candidats maîtres d’œuvre étaient attendus au tournant sur le thème de la hauteur de construction, toujours sensible à Strasbourg. Le règlement de ZAC autorise à dépasser 50 mètres. Le lauréat a joué le compromis, voire la prudence: il y aura bien une tour de 58 mètres, mais en retrait du parc, et mêlée dans un îlot de cinq autres bâtiments moins élevés. «C’est cet ensemble d’immeubles qui fait le signal du projet, pas la tour seule. Nous avons conçu cet îlot comme un microquartier à murs mitoyens qui soit la rotule d’articulation entre le faubourg de Neudorf et le centre-ville historique», expose Umberto Napolitano, cofondateur de LAN. C’est précisément cette couture que recherchaient en priorité la Ville et la Sem concessionnaire.

L’îlot Saint-Urbain représente un investissement de 60 millions d’euros dont 30 millions de travaux qui seront réalisés du printemps 2017 à début 2020 par Urban-Dumez, entreprise générale alsacienne du groupe Vinci.

Il constituait le dernier lot à urbaniser de la ZAC Etoile, qui portera ainsi ses surfaces bâties à 140 000 m2, en grande majorité en habitat. Née de façon isolée dans le prolongement du Centre administratif des services de la Ville et de la Communauté urbaine (Eurométropole) de Strasbourg, cette zone est devenue un pilier du projet d’urbanisation Deux-Rives jusqu’à Kehl en Allemagne, qui a pris corps entre-temps.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X