Aménagement

Strasbourg donne un coup d’accélérateur à son quartier d’affaires

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Grâce à une commercialisation plus rapide que prévue de la première phase de son quartier d’affaires voisin des institutions européennes, la capitale alsacienne en lance une seconde d’un peu plus de 20 000 m2.

Le conseil municipal de Strasbourg est appelé ce lundi 12 octobre à voter une délibération pour lancer une consultation de promoteurs pour une seconde tranche du Quartier d’affaires international (QAI) dans le secteur du Wacken. Le marché portera sur deux lots d’usage mixte tertiaire et habitat, respectivement sur 9 900 m2 (dont 4 700 m2 de bureaux) et 11 300 m2 (7 300 m2 de bureaux).

Les lauréats organiseront une compétition entre quelques équipes de maîtrise d’œuvre en vue d’un choix partagé avec la collectivité. «Notre calendrier prévoit le démarrage de l’appel à candidatures le 16 octobre, la remise des offres mi-février, le choix en conseil municipal fin avril, puis la détermination du projet architectural pour une signature de promesse de vente fin septembre 2016, déclencheuse des travaux», détaille Alain Fontanel, premier adjoint.

 

Implantation d’Adidas

 

Ces lots 3 et 4 viendront s’ajouter à la première tranche. Egalement constituée de deux lots mixtes, elle avait été attribuée en fin d’année dernière au groupement entre Cirmad (groupe Bouygues Construction) pour 17 300 m2 de tertiaire – associé à CBRE pour la commercialisation – et Altaréa-Cogedim pour 8 900 m2 de logements. La maîtrise d’œuvre est revenue aux cabinets AEA et Oslo (lire notre article).

La Ville ne pensait pas lancer aussi vite la suite, mais deux transactions sont en passe de remplir les surfaces de bureaux, et même de les revoir à la hausse à 25 000 m2, en déclenchant l’option d’un immeuble de grande hauteur d’une cinquantaine de mètres. D’une part, Adidas a annoncé qu’il occuperait 5 000 m2 fin 2017, par le déménagement de son siège France aujourd’hui situé dans le territoire rural du Bas-Rhin. Quant aux autres 20 000 m2, les négociations avancent avec le Crédit mutuel, le preneur pressenti.

 

Des surfaces en réserve pour l’Europe

 

Comme la demande ne faiblit pas selon la Ville, son calendrier s’en trouve bousculé… ce dont elle se félicite. «Le succès commercial apporte un témoignage de dynamique de Strasbourg dans une conjoncture difficile. Il légitime l’existence de ce quartier d’affaires qui a été débattue, tant dans son principe même que dans sa localisation à proximité des institutions européennes», souligne le maire Roland Ries.

La troisième tranche, à l’échéance encore incertaine, comporterait 20 000 m2 d’hôtel et bureaux.

Au total, le QAI «Wacken-Europe» se déploierait ainsi sur quelque 75 000 m2, auxquels s’ajoutent 30 000 m2 réservés aux possibles projets immobiliers des institutions européennes, dont le siège du Parlement de l’Union régulièrement contesté par les partisans de Bruxelles.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X