Entreprises de BTP

Start-up : l’accélérateur parisien Impulse Labs arrive à Londres

Mots clés : Entreprise du BTP - Gestion et opérations immobilières - Lieux de travail

La structure, qui accompagne les jeunes pousses dans les univers du BTP et de l’immobilier, s’est implanté au cœur de la capitale anglaise. Elle vient d’y organiser une première session de pitch. Plusieurs entreprises anglaises sont déjà partenaires, comme les filiales anglaises des groupes français.

Impulse Labs élargit son champ d’intervention au Royaume-Uni. L’accélérateur privé de start-up dédié au BTP et à l’immobilier, dispose désormais de locaux à Londres, dans un immeuble du quartier de Greenwich, considéré comme la « smart city » de la capitale anglaise. Comme à Paris, Impulse Labs hébergera des start-up, accueillera des réunions d’échanges et des évènements de rencontre et networking… Une première session de « pitch » s’est tenue fin avril (lire ci-dessous).

 

Ouvrir le marché britannique

 

Si Impulse Labs a franchi la Manche, ce n’est évidemment pas un hasard. L’objectif est double, annonce Thomas le Diouron, le fondateur de l’accélérateur. « Il s’agit d’abord d’animer localement un écosystème où start-up et grands donneurs d’ordre collaboreront », souligne-t-il.

Le tout dans le contexte d’une cité et d’un pays qui concentrent « énormément d’investissements immobiliers et de grands projets de réhabilitation urbaine », et dispose aussi d’un tissu dense de grandes ingénieries et architectes (Arup, Norman Foster…).

 

Filiales anglaises des groupes français


L’antenne de Londres et celle de Paris vont aussi « cross-fertiliser » leurs expériences. « Il s’agit d’ouvrir le marché britannique et international aux start-up françaises, d’apporter aux partenaires français des solutions innovantes venues du Royaume-Uni et inversement », appuie Thomas le Diouron. Impulse Labs retrouve sur place les filiales britanniques de groupes français avec lesquels Impulse Labs travaille déjà à Paris : Saint-Gobain UK, Bouygues UK, Eurovia UK, EDF, Schneider Electric ou Alstom… Plusieurs groupes britanniques (Grosvenor, Foster+Partners) ont également rejoint la structure, ainsi que des partenaires académiques (Imperial Collège, University College London). De quoi s’assurer un solide démarrage.

Plusieurs start-up ont participé à la première session londonienne de pitchs jeudi 27 avril :

-Q-Bot : spécialisée dans l’isolation des sols et des murs via un robot passant sous le plancher ou dans le mur et projetant une mousse isolante.

-XtreeE : qui conçoit et imprime en 3D béton à grande échelle des éléments architecturaux complexes

-Solomon : est un service de récolte, traitement et gestion des données de la ville pour l’amélioration des quartiers stratégiques.

-Intent Technologies : propose un système d’exploitation pour le logement connecté permettant de relier tous les acteurs, services et équipements de l’écosystème immobilier.

-EnergyDeck : est une plateforme collaborative visant à la gestion énergétique des bâtiments

-Jooxter : développe un système de micro-localisation in-door pour optimiser l’espace de travail au sein d’une entreprise

-Hal24k : traite les données au service de la ville intelligente.

-Materialize X : conçoit des adhésifs issus de bio matériaux (projet porté par des chercheurs de Cambridge)

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X