Entreprises de BTP

Spie Batignolles acquiert le terrassier Valérian

Après avoir élargi son champ de compétences dans l’électricité et la maintenance multitechnique avec les rachats récents d’Eurelec et de Fontelec, le groupe de François-Xavier Clédat ajoute une corde à son arc en réalisant l’acquisition du terrassier Valérian.

En achetant une entreprise de terrassement au moment où le marché est atone, Spie Batignolles prend-elle un risque ? « Non, répond François-Xavier Clédat, P-DG du groupe. Car la société Valérian bénéficie du dynamisme de ses implantations régionales qui la rend moins dépendante des grands projets. Surtout, grâce à cette acquisition, Spie Batignolles élargit ses compétences et peut aborder les PPP d’infrastructures. »
Avec un chiffre d’affaires de 160 millions d’euros et presque 900 salariés, la société Valérian, basée à Sorgues (84), va rejoindre la récente « direction opérationnelle génie civil » du groupe (présentation détaillée dans Le Moniteur du 5 mai) qui réunit les différents métiers à forte composante technique
Les quatre directions opérationnelles – « génie civil » et « développement » auxquelles s’ajoutent « construction » et « énergie » – sont mises en place pour accompagner le nouveau plan stratégique 2006-2010. Objectif pour Spie Batignolles : affirmer ses différences. « Nous n’avons pas les moyens de calquer notre stratégie sur celle des trois majors au risque de nous essouffler, explique le P-DG. Notre développement s’appuie sur une politique d’offres innovantes comme Concertance et Presance. »
Effets indirects des bons résultats du groupe – les objectifs fixés pour 2007 ont été atteints en 2005 -, la banque Barclays Private Equity France qui a accompagné le LMBO (leverage management buy out – rachat par les cadres) a souhaité réaliser une partie de sa plus-value. D’où la nécessité de recapitaliser la « Financière Spie Batignolles ». Les cadres dirigeants ont accru leur participation – qui passe de 50,1 à 69% – tandis que Barclays prolonge son engagement pour deux années supplémentaires, jusqu’à fin 2010. Fort de ce soutien réaffirmé, le groupe souhaite encore croître. Dans les métiers de la route pour étoffer son offre ? « Difficile, juge François-Xavier Clédat. Plutôt dans la filière électrique. » Le P-DG du groupe ajoutant aussitôt qu’Amec Spie, toujours en vente, est une cible trop importante.
Julien Beideler

Focus

Les chiffres-clés de Spie Batignolles


– Chiffres d’affaires 2005 : 945 millions d’euros (+18% par rapport à 2004)
– Résultat net d’exploitation : 28 millions (+60% par rapport à 2004)
– Résultat net consolidé : 18,8 millions (+32% par rapport à 2004)
– 5200 personnes et 60 implantations
– Chiffre d’affaires prévisionnel 2006 : supérieur à 1100 millions dont 180 pour Valérian

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X