Événement

Spécial Interclima+Elec : 58% des entreprises attendent les effets positifs du Grenelle

Le sondage Ipsos-Le Moniteur-Interclima effectué auprès de 402 entreprises révèle que les électriciens, et les installateurs de chauffage et du sanitaire estiment majoritairement que les mesures prises dans le Grenelle de l’environnement auront un impact positif sur leur activité.

 

 

Les entreprises du second œuvre technique sont en situation d’attente. Elles mesurent l’ampleur des changements qui s’opèrent dans leurs métiers à la faveur du Grenelle de l’environnement. Le besoin d’information – et de formation – est immense tant les pratiques sont bousculées par les innovations techniques. La prudence est à juste titre de mise, mais, six mois après la publication de loi Grenelle I, déjà 58% des entreprises pensent que le Grenelle aura un impact positif sur leur activité.
Si elles reconnaissent majoritairement être peu informées sur les objectifs et les mesures qu’il contient c’est sans doute aussi parce que le Grenelle II – la « « boîte à outils » du Grenelle – tarde à paraître. Reste que 68 % d’entre elles disent que leur niveau d’information sur les aides financières publiques (de l’Etat et des collectivités locales), destinées à inciter à la réalisation de travaux dans les logements afin de les rendre écologiques, est plutôt insuffisant pour renseigner leurs clients.

Une situation qu’elles doivent rapidement retourner puisque les Français attendent en priorité des professionnels qu’ils les informent sur les mesures et dispositifs auxquels ils peuvent recourir… (voir le sondage Ipsos/Le Moniteur dans « Le Moniteur » du 30 octobre 2009, page 14.).
Les résultats du sondage Ipsos/Le Moniteur/Interclima sur « les entreprises du second œuvre technique face aux défis de la performance énergétique » nous livrent également trois enseignements qui nous éclairent sur les préoccupations des entreprises à court terme :
• près de 80 % d’entre elles pensent que le Grenelle de l’environnement les incitera à installer davantage de nouveaux produits ;
• 70 % d’entre elles vont créer de nouvelles offres, intégrer de nouvelles compétences et se développer sur de nouveaux marchés ;
• un peu plus d’une entreprise interrogée sur deux prévoit d’ici à deux ans d’ajouter à ses compétences une qualification professionnelle (en priorité Qualibat) ou une appellation (de type QualiSol, QualiPV…), alors que 36% des sondées déclarent en détenir déjà une à ce jour.
On le voit bien, les entreprises du second œuvre technique s’apprêtent à évoluer : compétences techniques nouvelles, offres commerciales élargies et démarche qualité sont les marqueurs d’une stratégie nouvelle qui les implique totalement et représente un investissement dont les fruits ne seront probablement pas récoltés à court terme pour bon nombre d’entre elles.
A noter qu’en matière d’équipements techniques, les entreprises consultées dans ce sondage prédisent une forte progression d’installations de panneaux photovoltaïques, de ballons d’eau chaude thermodynamiques, et de chaudières bois à granulés. Chaudières à condensation gaz, poêles à bois et inserts perdraient, en revanche, un peu de leur attrait.

Plus d’information dans « Le Moniteur » n°5541 du 5 février

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X