Projets

Snøhetta construira le futur siège du Monde

Le projet de l’agence norvégienne a été choisi pour les bureaux du groupe de presse qui sera construit dans le XIIIe arrondissement à Paris.

Le site internet du quotidien Le Monde a confirmé jeudi 15 janvier que l’agence d’architecture norvégienne Snøhetta a été retenue pour construire le futur bâtiment qui regroupera, a priori en 2017, les bureaux du quotidien ainsi que des autres titres du groupe de presse, tels que les hebdomadaires Télérama ou La Vie, mais encore L’Obs (anciennement Le Nouvel Observateur) dans le XIIIe arrondissement de Paris.

Le Monde, qui occupe depuis 2004 un bâtiment conçu par l’architecte Christian de Portzamparc boulevard Blanqui, déjà dans le XIIIe arrondissement, a en effet choisi de faire construire un nouveau bâtiment à proximité immédiate de la gare d’Austerlitz. Une compétition avait été lancée dont les finalistes étaient les agences des architectes Shigeru Ban, Hardel & Le Bihan, David Chipperfield, 3XN, Manuelle Gautrand et donc Snøhetta.

Cette importante agence norvégienne est notamment connue pour avoir réalisé, à Oslo, l’Opéra national livré en 2008. Elle réalise aussi actuellement en France le fac-similé de la grotte de Lascaux, au pied de la colline désormais sanctuarisé du site préhistorique, en Dordogne.

 

« Un pont chevauchant le site »

 

Pour le projet du Monde, Snøhetta a dû composer avec un site en deux parcelles, au début de l’avenue Pierre-Mendès-France, pour imaginer une seule entité emblématique de l’unité du groupe. « Le bâtiment deviendra ainsi un pont, chevauchant littéralement le site », soulignent, dans un communiqué, les architectes. Cette arche symbolisera aussi, selon eux, « le contact direct entre Le Monde et ses lecteurs. » Le bâtiment enjambera un espace public dont une première moitié, côté Seine, permettra d’accéder à l’entrée des salariés du groupe mais aussi à un centre dédié aux visiteurs et à un auditorium. Coté voies ferrées d’Austerlitz, la seconde partie profitera de sa bonne exposition au sud-ouest, pour accueillir la terrasse d’un café et des espaces verts.

 

 

Le futur bâtiment s’habillera par ailleurs d’une façade pixellisée en verre, une peau qui jouera sur des variations de transparence et d’opacité. Snøhetta entend en effet que, vu de loin, l’édifice présente un « caractère homogène mais qu’en même temps, il révèle, de près, un plus haut degré de complexité – Comme la titraille et le texte d’un article. » Sous la voûte de l’arche, un système de LEDs permettra de diffuser des éléments plus ou moins abstraits. Comme un ciel changeant au-dessus des espaces ouverts, ces variations devraient représenter le flux ininterrompu de l’information.

Pour ce projet, Snøhetta est à nouveau à l’agence SRA, qui intervient comme architecte d’opération sur le chantier de Lascaux.

Hasard du calendrier, l’architecte Kjetil T. Thorsen, membre fondateur de Snøhetta, sera lundi prochain, 19 janvier, en conférence au pavillon de l’Arsenal à Paris.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Mégalo

    Comment le groupe Le Monde qui ne semble pas particulièrement florissant, peut-il se lancer dans ce projet qui paraît (pour le peu qu’on en voit) passablement mégalomaniaque.
    Signaler un abus
  • - Le

    Architectes japonais

    On aurait bien aimé voir les autres projets et les images de synthèse de Snohetta sont assez peu compréhensibles (le Jour d’après?). Peut-être l’état du Centre Pompidou-Metz est pour quelque chose dans la mise à l’écart de Ban : « ouverture »du RdC inadaptée au climat local (c’est une manie chez lui), effondrement sous la neige d’une partie de la membrane de la toiture, membrane blanche envahie de moisissures, mousses et ternie par la pollution, circulations insuffisantes (ça tombe bien, la fréquentation a beaucoup diminué), sont autant de problèmes qui ne peuvent se dissimuler aux yeux des visiteurs. et des commissions techniques.
    Signaler un abus
  • - Le

    Le vent tourne

    Tiens … petite baisse de cote pour les architectes japonais ?… Demain je me mets donc à l’apprentissage du norvégien, je résilie mon abonnement au Monde et je m’abonne à l’Aftenposten. Si les architectes norvégiens sont meilleurs que les architectes français, il n’y a pas de raison pour que les journaux norvégiens ne soient pas aussi meilleurs que les journaux français. Cela me fait quand même un peu de peine pour les archis japonais …
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X