Transport et infrastructures

SNCF Réseau : le « sauvetage » de la ligne Charleville-Mézières/Givet en bonne voie

Mots clés : Transport ferroviaire

Lancés en 2008, les travaux de rénovation de cette ligne longue de 64 km se poursuivront jusqu’en 2021. Avec une contrainte forte : des interventions limitées aux mois d’été.

L’ensemble des financeurs des travaux de modernisation de la ligne qui relie Charleville-Mézières à Givet, dans les Ardennes, étaient conviés à une visite du chantier le 12 juillet dernier : l’Etat, la Région Grand Est, SNCF Réseau (maître d’ouvrage), le conseil départemental des Ardennes, deux communautés de communes (Ardenne Rives de Meuse, Vallées et Plateau d’Ardenne) et une communauté d’agglomération, Ardenne Métropole. Leur contribution totale s’élève à 73 millions d’euros, financés dans le cadre du contrat de plan Etat-Région, sur la période 2016-2021. Les travaux ont débuté le 17 juin pour s’achever le 31 août.

 

A 10 km/h

 

Mise en service en 1863, cette ligne à double voie non électrifiée, qui épouse les méandres de la Meuse dans l’axe longitudinal du département des Ardenne, s’est très fortement dégradée au fil du temps, souffrant notamment d’une météo parfois rigoureuse. Les trains ne pouvaient plus y circuler qu’à la vitesse maximale de 10 km/h sur certains tronçons exposés aux éboulements. Face à ce vieillissement accéléré, des travaux d’urgence ont été réalisés dès 2008, pour un montant de 54 millions d’euros.

Deux nouvelles phases de travaux ont été programmées, l’une couvrant la période 2016-2017, l’autre la période 2019-2021. Le chantier sera donc suspendu en 2018, le matériel nécessaire (un train de réparation de ligne) étant déjà retenu dans d’autres régions. Une contrainte supplémentaire pour un chantier qui ne peut se dérouler qu’en période estivale, car cette ligne vitale pour les Ardennes est empruntée essentiellement par des scolaires et des salariés (800 000 voyageurs par an), ainsi que par d’importants acteurs économiques (Lafarge, EDF, port de Givet) pour le transport de marchandises (80 000 t de fret par an).

 

Complexité technique

 

Il sera procédé au renouvellement complet des voies, ainsi qu’à la réfection de 12 ouvrages d’art : 6 tunnels (d’une longueur cumulée de 3 km) et 6 ponts-rails. Un filet de sécurité doit aussi être posé à la tête du tunnel de Laifour pour conforter la paroi rocheuse et se prémunir des risques de chutes de rochers sur la voie. Ces travaux avaient été repoussés d’un an à cause de la présence d’une espèce protégée, le hibou grand-duc.

C’est donc un chantier « d’un coût et d’une complexité technique au-dessus de la moyenne » auquel SNCF Réseau à dû s’atteler, au dire même de son directeur régional Grand Est, Marc Bizien. Celui-ci estime que « l’objectif de sauvegarde de la ligne sera atteint en 2021 ». Reste pour lui et pour les élus locaux à étudier la pertinence et la faisabilité d’une réouverture des 22 km de section entre Givet et Dinant, fermée en 1988-1989 mais qui prolongerait la ligne jusqu’en Belgique.

 

Fiche technique

Entreprises intervenantes : Colas Rail, Sages Rail, ASP, Colas Signalo, Rongère, FAS, Berthold, Wattez, FBM.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X