Logement

SNCF Immobilier veut construire 19 000 logements en dix ans

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gestion et opérations immobilières - Marché de l'immobilier - Transport ferroviaire

Le 13 septembre, Benoît Quignon, directeur général de SNCF Immobilier, a présenté le plan stratégique pour les dix ans qui viennent décliné en trois grandes priorités: optimiser et moderniser le parc d’exploitation, valoriser le foncier et développer l’offre de logements.

Avec 19 000 logements à construire et 34 projets urbains lancés, réalisés ou programmés d’ici à 2026, SNCF Immobilier se positionne comme l’un des grands acteurs de la «transformation de la ville». C’est d’ailleurs à Paris, sur le site d’une ancienne halle de messageries (81, rue du Charolais, dans le XIIe arrondissement) où seront construits quelque 600 logements, que Benoît Quignon, directeur général de cette nouvelle branche du groupe SNCF (créée en janvier 2015) a dressé un premier bilan et présenté sa feuille de route. «Nous agissons comme un quasi-propriétaire pour le compte des trois établissements publics industriels et commerciaux (Epic) qui forment le groupe SNCF: la holding et deux entités plus opérationnelles que sont SNCF Mobilités et SNCF Réseau», a préalablement rappelé celui qui fut pendant quinze ans directeur général des services de la Ville de Lyon/et ou de la communauté urbaine de Lyon.

Validé il y a quelques semaines, le plan stratégique sur dix ans se décline en trois grandes priorités: optimiser et moderniser le parc d’exploitation (tertiaire, industriel et ferroviaire), valoriser le foncier -20 000 ha de foncier dont 3 000 ha urbanisables- et développer l’offre de logement. Autant de missions déjà assurées par le passé mais «notre ambition est d’être le point d’entrée unique pour tous nos partenaires extérieurs: les collectivités locales, les aménageurs, les promoteurs…», a indiqué Benoît Quignon, qui veut aussi «intervenir de manière plus pro-active».

 

13 des projets urbains situés en Ile-de-France

 

Pour assurer ces missions, SNCF Immobilier (600 collaborateurs, sept implantations régionales), s’appuie sur deux bras armés: Espaces ferroviaires, filiale «aménagement», et ICF Habitat, bailleur social, qui gère un patrimoine de 100 000 logements. D’ici au printemps 2017, SNCF Immobilier va lancer des consultations d’opérateurs portant sur environ 100 000 m2, essentiellement en province: Rennes, Toulouse-Matabiau, secteur ouest de la gare de Nice, etc. «A travers ces consultations, nous allons façonner un autre visage de la ville», a ajouté Benoît Quignon. Et pour cause: sur les 34 projets urbains envisagés, 13 sont situés en Ile-de-France représentant un potentiel de 12 000 logements, soit 1,4 million de mètres carrés constructibles et 21 en région (12 900 logements et 1,2 million de mètres carrés constructibles).

 

Partenariat avec le CSTB

 

Benoît Quignon a ensuite annoncé la conclusion d’un partenariat avec le CSTB articulé autour de trois thématiques: l’énergie, le BIM et le bruit (comment traiter les nuisances phoniques, les problèmes de vibrations, etc.). Il a aussi indiqué qu’en 2015, SNCF Immobilier avait participé à hauteur de 50% à l’effort de mobilisation nationale de foncier public. Les terrains ainsi cédés vont permettre la construction de 4 000 logements (sur un total de 8 000) dont 40% de logements sociaux. Enfin, dernière annonce du directeur général de SNCF Immobilier: les réflexions en cours sur la création d’une foncière dédiée aux locaux d’activités et tertiaires.

 

Chiffres-clés

Le patrimoine SNCF

26 OOO bâtiments industriels de toute nature (âge moyen: 74 ans), répartis sur 2 34O sites (soit 1O,5 millions de mètres carrés de locaux);

78O implantations tertiaires (1 million de mètres carrés de locaux) dont les deux tiers en location. Objectif: faire baisser le montant des loyers de 22% en dix ans;

1OO OOO logements gérés par ICF Habitat (dont 9O% de logements sociaux). ICH Habitat construit en moyenne 2 5OO logements par an et en rénove 2 OOO. Objectif d’ici à 2O26: construction de 19 OOO logements dont 2 7OO sur du foncier ferroviaire;

2O OOO ha de foncier dont 3 OOO ha sont urbanisables (leur utilité ferroviaire n’est plus avérée);

25O millions d’euros de recettes générées en 2O15 répartis entre 14O millions d’euros de cessions et 11O millions de revenus récurrents (loyers).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X